DECRYPTAGE/ LA REPUBLIQUE DE DONETSK VERSUS LES OLIGARQUES. POURQUOI LA JUNTE DE KIEV A-T-ELLE LANCE LA BATAILLE DE L’AEROPORT DE DONETSK

 Luc MICHEL pour PCN-INFO /  Avec AFP – LVDLR – PCN-SPO – lucmichel.net/

 2014 05 26/PORO BALLOTS

  Ce matin la Junte de Kiev a lancé la bataille de l’aéroport de Donetsk, conséquence directe de l’élection de l’oligarque Porochenko à la présidentielle ukrainienne biaisée de ce 25 mai. La République de Donestsk versus les oligarques. C’est bien de cela qu’il s’agit.

 « Des avions de combats Soukhoï-25 et des Mig-29 ont été envoyés sur place. Des soldats sont parachutés depuis des hélicoptères Mi-8 et sont en train de nettoyer le territoire », indique à l’AFP un porte-parole de la « cellule régionale chargée de l’opération ». Des rodomontades habituelles dans le langage viril qu’affectionnent les néofascistes de Kiev, dans la ligne des SA hitlériens qui leurs servent de modèle, et pas seulement pour le militaire … « Le principal terminal de l’aéroport a été touché par des tirs d’hélicoptères », constate un journaliste de l’AFP. Quelques heures plus tard, et un hélicoptère d’assaut abattu avec ses militaires – les pertes des forces de Kiev sont lourdes à l’Est malgré leur supériorité en matériels -, les milices populaires l’emportaient …

 « L’AEROPORT INVESTI SANS VIOLENCE » (AFP)

 DIMANCHE SOIR PAR L’ARMEE DU DONBASS

  Retour sur ce qui a motivé l’attaque meurtrière de Kiev, qui mène une guerre totale à l’Est.

« Le site de l’aéroport a été pris d’assaut de nuit par plusieurs dizaines d’hommes armés, qui se sont présentés comme des représentants de la “République populaire de Donetsk”. Aucune résistance, aucune violence: les insurgés ont demandé aux troupes ukrainiennes qui gardent l’enceinte, de partir. Dans la foulée, l’aéroport a dû être évacué et fermé et tous les vols annulés » disait l’AFP ce matin. Qui ajoutait : « Trois camions comptant une centaine d’hommes armés portant des treillis militaires et pour certains le ruban noir et orange de Saint-Georges, symbole de ralliement des rebelles, sont arrivés en renfort dans la matinée pénétrant dans l’enceinte de l’aéroport, passant sans encombres le cordon de sécurité établi par la police autour de l’aéroport ».

 UN MESSAGE A L’OLIGARQUE POROCHENKO :

« L’EST N’APPARTIENT PLUS NI A KIEV NI AUX OLIGARQUES » !

 Quelques heures après la victoire du milliardaire Petro Porochenko à la présidence et l’annonce qu’il se rendrait dans le Donbass, le bassin minier englobant les régions de Donetsk et de Lougansk, qui se sont déclarées indépendantes, et ont validé celles-ci par deux référendums d’auto-détermination, le message lancé par les nouvelles Républiques au futur président était clair: « tu n’atterriras pas ici ».

 « Jusqu’ici l’aéroport n’était pas sous notre contrôle mais il fallait changer la situation », puisque « des mercenaires arrivaient sur notre territoire » par ce biais, a expliqué lors d’une conférence de presse Denis Pouchiline, l’un des leaders républicains à Donetsk.

  La venue de Porochenko ? Un président “illégitime” selon les républicains qui réclament toujours le retrait des troupes ukrainiennes de “leurs terres” et ont proclamé la loi martiale dans la région.

 « LES GENS D’ICI NE VEULENT PAS VOIR POROCHENKO »

  « La situation s’aggrave sur le terrain. Ce n’est pas très intelligent de la part de Porochenko de vouloir venir car les gens d’ici ne veulent pas le voir », a estimé M. Pouchiline. « Un dialogue (avec Kiev, ndlr) est possible mais seulement en présence de médiateurs, et le seul médiateur possible est la Russie », a-t-il également expliqué, tout en posant deux conditions: l’échange des prisonniers et le retrait des troupes ukrainiennes du Donbass.

  Dans les rues de Donetsk, les fidèles soutiens des nouvelles Républiques « faisaient peu de cas de l’élection d’un nouveau président », constate avec dépit l’AFP. « Les gens de Kiev, qui ont tué d’innocents citoyens dans le sud et l’est du pays, peu importe qui ils choisissent maintenant comme président. Cela ne nous intéresse pas, nous n’avons plus rien à faire avec eux. Maintenant nous avons notre jeune république populaire de Donetsk », s’enflamme Galina, qui distribue les journaux devant le bâtiment de l’administration régionale, tenu par les républicains.

  VERS LA FIN DU REGNE DES OLIGARQUES

  Un autre oligarque est la cible des nouvelles autorités républicaines de Donetsk.

« Pour la première fois depuis le début de l’insurrection dans cette région, dans certaines Pntreprises dont plusieurs tenues par l’oligarque et homme le plus riche d’Ukraine, Rinat Akhmetov, les employés ont été priés de rester chez eux », constate l’AFP.

  L’oligarque (c’est-à-dire un des voleurs qui ont fait fortune en pillant l’Ukraine depuis 1991) Akhmetov a engagé un bras de fer avec la nouvelle République, choisissant la Junte de Kiev. De fausses informations ont été diffusées à ce sujet par les médias occidentaux : selon eux l’oligarque aurait mobilisé « ses ouvriers » qui auraient « nettoyé les rues de Mariupol ». Info purement et simplement inventées, qui a été démentie par des journalistes indépendants sur place. Pire, ayant convoqué « ses » ouvriers dans un stade, Akhmetov s’est retrouvé devant une maigre assistance … de moins de 100 personnes.

  Comme l’expliquait un expert russe, « le pari de l’oligarque risque bien de lui coûter sa fortune ». Car la République de Donetsk entend nationaliser les biens de ce grand voleur. Déjà des commandos de l’Armée du Donbass ont incendié des banques liées aux oligarques. Et se sont emparés d’explosifs dans plusieurs mines … 

LES OLIGARQUES PRENNENT LEURS ORDRES A WASHINGTON

  Les oligarques ukrainiens se croient tout permis. Y compris mener la sale guerre contre le peuple de l’est. Y compris défier Moscou. Parce qu’ils prennent leurs ordres à Washington et se croient intouchables grâce à ce soutien.

 « Les Etats-Unis soutiendront tant les efforts pacifiques que des actions militaires de Piotr Porochenko, qui semble avoir remporté la présidentielle en Ukraine, pour rétablir le contrôle de Kiev sur l’est du pays », a estimé ce lundi le directeur adjoint du Kennan Institute de Washington William Pomeranz. « Les Etats-Unis ne reconnaissent pas les séparatistes et apporteront sans doute un puissant appui à M.Porochenko pour le rétablissement du contrôle sur ces deux régions (de Donetsk et de Lougansk, ndlr). J’ai l’impression que Washington soutiendra M.Porochenko dans l’exercice des deux variantes. Je pense que la préférence est accordée aux négociations, plus qu’aux actions militaires, mais je suppose que les Etats-Unis soutiendront toute riposte aux actions des insurgés dans l’est de l’Ukraine », a déclaré M.Pomeranz à RIA Novosti. Des propos que semblent confirmer la présence massive de mercenaires US à l’Est.

  Le milliardaire Porochenko a donc immédiatement soutenu la poursuite de l’opération spéciale menée dans l’est de l’Ukraine, après avoir promis d’y mettre fin, estimant qu’elle devait être « plus courte dans ses délais et plus efficace ». Peu après, on a appris que des combats se déroulaient entre la Garde nationale de l’Ukraine et la force d’autodéfense près de l’aéroport de Donetsk.

  Auparavant, les Etats-Unis ont soutenu les actions des militaires ukrainiens dans l’est du pays contre les partisans de la fédéralisation de l’Ukraine. Par ailleurs, Washington a annoncé l’élargissement de son aide à l’armée ukrainienne qui ne suppose toutefois pas de livraisons d’armes.

  PROCHENKO COMMENCE SON « MANDAT » PAR UNE ERREUR MAGISTRALE

  Celle ci est double :

 D’une part il a braqué Moscou sur le dossier de la Crimée, un dossier définitivement classée quoi que fasse ou dise Kiev et l’OTAN. La Crimée est russe, elle le restera !

 D’autre part il a défié Moscou sur la sale guerre à l’Est.

 « La reprise de l’opération spéciale dans l’est de l’Ukraine constituerait une erreur colossale », a en effet avertit ce lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. « Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur le fait que la prétendue opération spéciale n’a pas pris fin. Hier encore, le premier adjoint d’Arseni Iatseniouk (« premier ministre par intérim » de la Junte) (Vitali) Iarioma a déclaré que « maintenant que l’élection présidentielle avait eu lieu, les autorités de Kiev reprendraient la phase active de cette opération. Ce serait une erreur colossale de leur part », a indiqué le chef de la diplomatie russe. « Nous espérons que Piotr Porochenko, si ses pouvoirs sont confirmés, fera tout pour empêcher les tendances extrémistes et radicales à Kiev de prendre le dessus dans les régions est et sud de l’Ukraine ainsi que dans toute autre région du pays », a souligné le ministre. Que l’oligarque n’a pas voulu entendre …

 Sur la Crimée non plus, Porochenko n’a pas entendu Moscou. Qu’il a défié dans un geste stupide qui ne restera pas sans conséquences. « La Crimée ne pourra plus revenir au sein de Ukraine, car elle fait à présent partie de la Russie », a rappelé lundi Dmiri Peskov, porte-parole du président russe. « La Crimée est une région de la Fédération de Russie, et il n’est plus question, par conséquent, de son retour dans le giron de l’Ukraine », a déclaré le représentant du Kremlin à la radio RSN.

  Auparavant, le milliardaire Piotr Porochenko, qui « semble avoir remporté la présidentielle en Ukraine » (dixit les médias d’état russes), a déclaré « qu’il ne reconnaissait pas la Crimée comme partie intégrante de la Russie » et a annoncé son « intention de créer un ministère spécial pour la Crimée en charge de la restitution de la péninsule à l’Ukraine par le biais des textes internationaux ».

 Peuplée en majorité de russophones, la Crimée a proclamé son indépendance vis-à-vis de l’Ukraine et sa réunification avec la Russie au terme d’un référendum tenu le 16 mars, validé par une mission internationale indépendante d’observateurs organisée par EODE, lors duquel 96,7% des votants se sont prononcés en faveur de cette décision. Les nouvelles « autorités ukrainiennes » issues du putsch armé du 21 févvrier, soutenues par l’Occident, ne reconnaissent pas la légitimité du référendum criméen et dénoncent son rattachement à la Russie comme une annexion. Le 28 avril, le président ukrainien par intérim Alexandre Tourtchinov a signé une loi proclamant la péninsule de Crimée et la ville de Sébastopol territoires ukrainiens « provisoirement occupés ».

 Prorochenk, comme Akhmetov, pourrait très vite être frappé au cœur de sa puissance économique. Car les produits du « roi du chocolat » ont pour principal débouché …la Russie. Où l’oligarque a aussi une partie de ses usines …

 Décidément, comme le disait Georges Bush (senior) à Kiev en 1991, « le nationalisme ukrainien est suicidaire ». Chez ses oligarques aussi !

  Luc MICHEL

 Photo : caricature de Porochenko – le « nouveau président » ukrainien – sur fond de BOURRAGE D’URNES ce 25 mai dans un bureau de vote à Kiev. Noter les bulletins de votes déposés en piles soignée au fond des urnes. C’est çà « les élections aux standards internationaux » avalisées par l’OSCE …

 (*) Pourquoi l’élection de Porochenko est-elle illégitime ? Pourquoi l’OSCE et les occidentaux se sont déconsidérés en l’avalisant ?

 Lire le rapport de la Section “Démocratie et Droits de l’Homme” d’EODE :

 PRESIDENTIELLE UKRAINIENNE DU 25 MAI 2014: GRAVES VIOLATIONS DES NORMES DEMOCRATIQUES

http://www.eode.org/eode-press-office-presidentielle-ukrainienne-du-25-mai-2014-graves-violations-des-normes-democratiques/

DECRYPTAGE/ LA REPUBLIQUE DE DONETSK VERSUS LES OLIGARQUES. POURQUOI LA JUNTE DE KIEV A-T-ELLE LANCE LA BATAILLE DE L’AEROPORT DE DONETSKultima modifica: 2014-05-27T09:58:53+02:00da davi-luciano
Reposta per primo quest’articolo

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non verrà pubblicato ma sarà visibile all'autore del blog.
I campi obbligatori sono contrassegnati *