VENEZUELA (VII) : AU VENEZUELA, QUE VA-T-IL SE PASSER MAINTENANT ? (ANALYSE PREVISIONNELLE)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/

Flash Vidéo Géopolitique/ Geopolitical Flash Video/

2019 01 30/

Le Flash Vidéo du jour …

VIDEO.FLASH.GEOPOL - Venezula VII prévisions - presstv (2019 01 30) FR

Le géopoliticien Luc MICHEL dans le ‘REPORTAGE’ du 26 janvier 2019

sur PRESS TV (Iran)

Terminant mon analyse au quotidien de la crise au Venezuela (le point chaud de l’actualité géopolitique), sous agression américano-occidentale directe, j’ai  analysé sur PRESS TV la suite des événements …

Sources :

* La Video sur PCN-TV/

PRESS TV (IRAN) INTERVIEWE LUC MICHEL:

AU VENEZUELA, QUE VA-T-IL SE PASSER MAINTENANT ?

(‘REPORTAGE’, 26 JANVIER 2019)

sur https://vimeo.com/314016253

* L’article sur

« Au Venezuela, que va-t-il se passer maintenant ? »

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/01/26/586877/Venezuela-affrontement-entre-les-deux-blocs

* La présentation de PRESS TV :

« Alors que les États-Unis appellent tous les pays à mettre fin à leurs transactions financières avec le gouvernement vénézuélien, que l’Europe lance un ultimatum à Maduro et que la Russie et la Chine bloquent un projet de déclaration américain à l’ONU, quelle conclusion tirez-vous de la situation dans ce pays ?

Luc Michel, géopoliticien, nous répond. »

POURQUOI LA RUSSIE EST RESOLUMENT AUX COTES DU PRESIDENT LEGITIME DU VENEZUELA MADURO ?

“Qu’on évite toute option militaire au Venezuela”

– Sergei Ryabkov, vice-ministre russe des Affaires étrangères.

« La rhétorique américaine sur le Venezuela se militarise. L’échec de la tentative de coup d’État US au Venezuela n’a pas suffi à dissuader les va-t-en-guerre de la Maison Blanche à renoncer au projet de l’effondrement de l’État bolivarien dans le stricte objectif d’appliquer le “Moyen-Orient élargi” au bassin de Caraïbe », commentait ce matin ‘FarsNews’ (Iran).

Le groupe de Lima (avec la Colombie et les USA) se dit, pour l’heure, contre une action militaire contre le Venezuela, n’empêche que Bolton a laissé entendre « avoir un contingent de 5 000 forces aux portes de Venezuela », contingent prompt à passer à l’offensive. « Au Moyen-Orient, des mouvements de troupes US sont particulièrement perceptibles. Des milliers de terroristes daechistes viennent d’être libérés des prisons afghanes par un spectaculaire opération héliportée US, tandis que la France, allié de guerre des États-Unis, a demandé à évacuer les “terroristes français” de Syrie. Quant à Daech toujours retranché à l’est de l’Euphrate il a procédé très étrangement à la mise en liberté des milliers de ses captifs, sans doute parce qu’il a désormais mieux à faire », dit encore l’agence iranienne.

Les États-Unis disposent en fait déjà de trois brigades de combat. Depuis le coup d’État avorté du président du Parlement vénézuélien Juan Guaido, qui s’est autoproclamé président du pays, des analystes tablent sur une hypothèse « selon laquelle Washington envisagerait de retirer des unités militaires d’Afghanistan et de Syrie pour les redéployer à la frontière entre la Colombie et le Venezuela. Pour le reste, des renforts de troupes vénézuéliennes se déploient aux frontières avec la Colombie, un terrain difficile couvert de broussaille et qui demande à être abordé par des guérillas. Ce terrain est effectivement l’objet des opérations de reconnaissance menées par les drones israéliens ».

MAIS UNE GUERRE USA ET CIE CONTRE LE VENEZUELA SERAIT LOIN D’ETRE UNE PROMENADE DE SANTE.

La diplomatie russe l’a d’ailleurs souligné, tout en conseillant aux États-Unis « d’exclure l’hypothèse d’une intervention militaire » :  « Moscou appelle les politiciens qui envisagent une intervention militaire au Venezuela à renoncer à ces projets », a déclaré mardi le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov. Le diplomate a ajouté que Moscou ne discuterait pas de ses actions potentielles en cas d’intervention militaire étrangère au Venezuela, car ça serait « contre-productif ».

La Russie a apporté son soutien indéfectible au Venezuela et à son président légal.

Evidemment le dialogue est proposé et les Russes en parlent : « La Russie s’apprête à œuvrer pour envisager un dialogue entre les parties en lice au Venezuela. Nous apportons notre soutien aux négociations des parties en conflit. Auparavant, nous avons exprimé à de nombreuses reprises notre disposition pour mettre en place des discussions interpartites dans ce pays ». Mais le clan belliciste au pouvoir à la Maison Blanche est loin de pouvoir se tenir tranquille.

L’Iran, la Russie, la Chine, la Turquie et Cuba étaient des premiers pays qui ont soutenu le gouvernement légitime de Nicolas Maduro, après que Juan Guaido, opposant au président Nicolas Maduro, s’est auto-proclamé nouveau président du Venezuela et ce soutien se poursuivra. Si des forces spéciales US et des sociétés israéliennes de sécurité, très présentes en Colombie, préparent divers scénarii d’intervention militaire, l’armée vénézuélienne, elle, s’apprête aux plus grandes manœuvres de tout son histoire entre 10 et 15 février. Les conseillers militaires russes, cubains et iraniens coopèrent depuis un bon bout de temps.

À l’approche de la tenue des exercices militaires de l’armée vénézuélienne, Nicolas Maduro a rendu visite aux militaires sur quelques bases en exhortant ces derniers à être prêts à toute intervention américaine.

LA GUERRE DES POURSUITES DE CARACAS VS SANCTIONS DE WASHINGTON

Sur le plan interne, le procureur général vénézuélien, Tarek Saab, a demandé mardi à la Cour suprême d’ouvrir une enquête préliminaire contre Guaido, le président de l’Assemblée nationale qui s’est auto-proclamé chef de l’État. Il a également demandé à la Cour suprême de geler ses comptes bancaires et de lui interdire de quitter le pays. La nouvelle décision du système judiciaire du Venezuela est un défi à l’encontre des Américains qui viennent de mettre la main sur le pétrole vénézuélien. John Bolton en est déjà à avertir que « toute mesure contre le chef de l’opposition au gouvernement vénézuélien pourrait avoir des séquelles négatives pour Caracas ».

Sur son ordre, les États-Unis ont édicté des sanctions à l’encontre de PDVSA, la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne. Il est désormais interdit aux sociétés US de payer le pétrole vénézuélien aux autorités constitutionnelles. Elles doivent s’en acquitter auprès du « président par intérim » autoproclamé, Juan Guaidó. Effet collatéral de cette mesure : la société Citgo, filiale US de PDVSA ne pourra pas rembourser ses prêts à la société russe Rosneft. Par conséquent, celle-ci pourrait saisir ses trois raffineries et ses pipe-lines aux États-Unis. Cependant, le Pentagone pourrait s’y opposer pour « raison de sécurité nationale ».

La conséquence ? « En cas d’un débarquement amphibie sur les cotes vénézuéliennes avec le concours de l’OTAN, la Russie ne restera pas les bras croisés. Tout comme l’Iran et la Chine voire Cuba. Ce nouveau front ouvert offre beaucoup de similitude avec le front syrien à cette différence près qu’il se trouve sur l’arrière cour américaine », conclut ‘Fars News’ .

(Sources : Press TV – PCN-TV – Fars News – EODE Think Tank)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

(Flash Vidéo Géopolitique/

Complément aux analyses quotidiennes de Luc Michel)

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :

Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –

Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme

(Vu de Moscou et Malabo) :

PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :

WEBSITE http://www.lucmichel.net/

PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE

https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/

TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN

* EODE :

EODE-TV https://vimeo.com/eodetv

WEBSITE http://www.eode.org/

VENEZUELA (VII) : AU VENEZUELA, QUE VA-T-IL SE PASSER MAINTENANT ? (ANALYSE PREVISIONNELLE)ultima modifica: 2019-01-31T22:41:00+01:00da davi-luciano
Reposta per primo quest’articolo

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non verrà pubblicato ma sarà visibile all'autore del blog.
I campi obbligatori sono contrassegnati *