BILANS ET ENJEUX DE L’ASSEMBLEE GENERALE DE L’UNION AFRICAINE A ADDIS-ABEBA CES 10-11 FEVRIER 2019

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/

Luc MICHEL pour EODE/

Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/

2019 02 12/

« Le président Sissi est sérieux sur l’Afrique car il y a un enjeu de stabilité politique interne et de sécurité nationale, ainsi que de légitimation »

LM.GEOPOL - Sommet Addis-Abeba I (2019 02 12) FR (2)

– Yasmine Farouk, chercheuse associée au centre Carnegie.

« L’Égypte a publiquement soutenu les réformes, mais aimerait probablement qu’elles se concentrent sur d’autres aspects que ceux défendus par M. Kagame, comme la sécurité et la reconstruction post-conflits (…) Personne n’espère vraiment que ce sommet va permettre de résoudre quoi que ce soit, mais vous verrez peut-être quelques décisions prises »

– Un diplomate travaillant à l’UA (et ayant requis l’anonymat).

J’ai participé comme panafricaniste engagé (1) (2) et comme envoyé spécial à la « 32e session ordinaire de l’Assemblée des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine » ces 10-11 février 2019 à Addis-Abeba (Ethiopie). L’occasion de tirer pour la Télévision panafricaine AFRIQUE MEDIA les enseignements, les bilans et les enjeux de ce Sommet. Avec un coup de projecteur sur des personnalités africaines du présent – comme le rwandais Paul Kagamé (président sortant) et le nouveau président de l’UA le maréchal Al-Sissi – ou du passé – comme le négus Hailé Sélassié ou le regretté guide libyen Moammar Kadhafi …

I- COMMENT ANALYSER CE 33e SOMMET ?

Pour cette première approche du Dossier sur mon Quotidien géopolitique, je vous invite à suivre un long entretien en deux parties, réalisé avec le journaliste camerounais Guy Nfondop pour AFRIQUE MEDIA et diffusé ces 11 et 12 février sous le titre « Conversations avec Luc Michel » :

* Voir sur PANAFRICOM-TV/

LUC MICHEL A ADDIS-ABEBA (III):

REGARDS SUR LE 32e SOMMET DE L’UA ET LE BILAN SORTANT DE KAGAME (AFRIQUE MEDIA, 11.02.2019)

sur https://vimeo.com/317119440

* Et voir sur PANAFRICOM-TV/

LUC MICHEL A ADDIS-ABEBA (IV):

REGARDS SUR LE 32e SOMMET DE L’UA ET LES PERSPECTIVES DE LA PRESIDENCE AL-SISSI

(AFRIQUE MEDIA, 11.02.2019)

sur https://vimeo.com/317121805

LM.GEOPOL - Sommet Addis-Abeba I (2019 02 12) FR (1)

QUELLE SONT LES THEMATIQUES DE MON ANALYSE ?

Parmi les thématiques liées à ce 32e Sommet, j’évoque notamment les questions centrales :

Partie 1 : Pourquoi l’UA est-elle en crise ?

Comment élu sur un programme alléchant, le rwandais Paul Kagamé part sur un constat d’échec ?

Pourquoi Kagamé s’est carbonisé en tentant d’intervenir au profit de l’agenda occidental (USA, UE, ONU) en RDC !?

Partie 2 : Que peut-on attendre de la nouvelle présidence de l’égyptien Al-Sissi ?

Quels en seront les enjeux sécuritaires et économiques ?

Faut-il encore et toujours être optimiste sur l’avenir de l’Union Africaine ?

II- ALLER PLUS LOIN :

ELEMENTS GEOPOLITIQUES POUR MIEUX COMPRENDRE CE DOSSIER …

L’EGYPTE ENTRE GEOPOLITIQUE AFRICAINE ET GEOPOLITIQUE PROCHE-ORIENTALE

Comme sous Nasser (un des quatre pères fondateurs de l’OUA), et plus tard avec Kadhafi héritier en Libye de Nasser, l’Egypte est partagée entre une géopolitique proche-orientale et pan-arabe et une géopolitique africaine.

« L’Egypte se tourne de nouveau vers l’Afrique » titre ‘Le Monde’ : « Le Caire, qui vient de prendre la présidence de l’Union africaine, compte sur cette année pour restaurer son influence politique et économique sur le continent. ’année 2019 sera résolument africaine pour l’Egypte. Alors que le pays se prépare à accueillir fin juin la Coupe d’Afrique des nations, le président Abdel Fattah Al-Sissi a engagé, les 10 et 11 février, à Addis-Abeba, en Ethiopie, sa présidence à la tête de l’Union africaine (UA). Une année pour concrétiser son réengagement sur la scène africaine et restaurer l’influence politique et économique de l’Egypte, après des décennies d’éloignement vis-à-vis de l’Afrique. « Son ambition est très politique : il veut montrer qu’il est capable de réussir une présidence sur la résolution des crises et un agenda commercial », dit un diplomate occidental. Si l’Egypte a fait de la lutte antiterroriste, de la question migratoire, du développement et de l’intégration économique ses priorités, elle est moins attendue sur la réforme de l’UA (…) Depuis son arrivée au pouvoir en 2013, M. Sissi s’est appliqué à restructurer la politique africaine de l’Egypte. Le fossé s’était creusé avec le continent. Alors que Le Caire était davantage tourné vers le monde arabe et l’Occident depuis la présidence d’Anouar El-Sadate (1970-1981), M. Sissi a renoué avec une « diplomatie des sommets », boudée par l’ancien dictateur Hosni Moubarak (1981-2011), après une tentative d’assassinat contre sa personne à Addis-Abeba en 1995.

Les bouleversements géopolitiques issus de la destruction en 2011 par les occidentaux de la Jamahiriya libyenne, jadis pivot géopolitique de la région et les enjeux sécuritaires qui en découlent « ont rendu ce recentrage inévitable » :

« La profondeur stratégique de l’Egypte est en Afrique et ses intérêts ont été menacés à plusieurs égards : la question des eaux du Nil, la situation sécuritaire dans la mer Rouge et la menace terroriste à la frontière avec la Libye », explicite Amira Abdel-Halim, du Centre des études politiques et stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram. « La perte d’influence de l’Egypte en Afrique et la présence militaire et stratégique accrue de ses rivaux régionaux – pays du Golfe, Turquie, Israël – ont mis en échec sa politique traditionnelle aux accents hégémoniques, perçue comme arrogante en Afrique car tournée vers ses seuls intérêts », commente encore ‘Le Monde’.

« DES SOLUTIONS AFRICAINES A DES PROBLEMES AFRICAINS » :

COMMENT L’UNION AFRICAINE VOUDRAIT SE REAPPROPRIER LE DOSSIER LIBYEN ?

« L’Union africaine veut prendre la main dans le dossier libyen » titrait l’AFP ce 12 février : « Après le succès de sa médiation en Centrafrique, l’organisation appelle à la tenue d’une conférence internationale sur la Libye à Addis-Abeba (…) Encouragée par sa récente médiation en Centrafrique, l’Union africaine (UA) s’est affirmée dans le dossier libyen, lundi 11 février, appelant à la tenue d’une conférence en juillet pour réunir les acteurs de cette crise et réclamant des élections présidentielle et législatives en octobre ».

L’assemblée de l’UA demande au président de la Commission, Moussa Faki Mahamat, d’œuvrer « dans le but de convoquer à Addis-Abeba, en [juillet] 2019, une conférence internationale sur la réconciliation en Libye, sous les auspices de l’UA et de l’ONU », a indiqué l’organisation panafricaine dans un communiqué résumant les décisions prises lors du sommet organisé dans la capitale éthiopienne, dimanche et lundi. L’assemblée a également demandé à la Commission de l’UA de prendre « toutes les mesures nécessaires », avec l’ONU et le gouvernement libyen, « pour l’organisation d’élections présidentielle et législatives en octobre 2019 ». « L’Afrique a décidé d’appuyer la Libye dans ses efforts pour sortir de la guerre et du terrorisme », a déclaré à la presse le président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, qui a pris dimanche la tête de l’UA pour un mandat d’un an, succédant au chef de l’Etat rwandais, Paul Kagame. L’organisation entend ainsi prendre la main dans un dossier où les initiatives sont surtout venues de l’ONU ou d’acteurs extérieurs au continent. Abdel Fattah Al-Sissi a notamment insisté sur l’importance de trouver « des solutions africaines à des problèmes africains ».

Le pays est aujourd’hui profondément divisé avec, notamment, d’un côté, le gouvernement d’union nationale installé à Tripoli (nord-ouest), internationalement reconnu, et, de l’autre, un cabinet parallèle appuyé par l’autoproclamée Armée nationale libyenne du maréchal Khalifa Haftar, qui règne sur le nord-est du territoire et désormais sur une grande partie du sud.

Un diplomate africain a indiqué à l’AFP que les chefs d’Etat du continent voyaient d’un très mauvais œil ce qu’ils considèrent comme des « interférences de pays extérieurs à l’Afrique » lors des dernières conférences ayant rassemblé les acteurs du dossier. Les efforts de paix ont, de fait, été minés dernièrement non seulement par les tensions entre factions libyennes, mais aussi par les divisions entre les différents Etats qui s’intéressent de près au pays. Ainsi, après un sommet libyen à Paris en mai 2018, l’Italie avait reproché à la France de vouloir faire cavalier seul dans ce dossier. En novembre, à Palerme, la Turquie, se disant « profondément déçue » d’avoir été tenue à l’écart d’une réunion, avait claqué la porte d’une conférence sur le sujet.

LES OBJECTIFS SECURITAIRES D’AL-SISSI

« La résolution des crises qui traversent l’Afrique et la reconstruction post-conflit figurent parmi les priorités d’Abdel Fattah Al-Sissi pour son année d’exercice de la présidence tournante de l’UA », précise l’AFP. Ce dernier a d’ailleurs annoncé l’organisation courant 2019 d’un « forum pour la paix et le développement » à Assouan, dans le sud de l’Egypte.

A Addis-Abeba, M. Sissi a également insisté sur la lutte contre « le terrorisme », appelant à viser ses « racines », et a promis de s’atteler à « la crise des migrants, des déplacés et des réfugiés », qui était le thème de ce sommet de l’UA. L’assemblée de l’organisation a, à cet égard, entériné la création à Khartoum d’un centre opérationnel continental visant à combattre les « migrations irrégulières », avec un accent placé notamment sur le trafic d’êtres humains.

Poids lourd régional en quête d’influence en Afrique, l’Egypte s’est par ailleurs engagée à poursuivre certains efforts déployés, à commencer par l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale (Zlec), un projet clé de l’UA.

NOTES ET RENVOIS :

(1) Luc MICHEL, président de PANAFRICOM et néopanafricaniste, administrateur-général de EODE Think Tank.

indissociable de l’héritage idéologique et militant du Néopanafricanisme ?

(2) Voir sur PANAFRICOM-TV/

UNIFICATION ET LIBERATION DE L’AFRIQUE ! LES BASES IDEOLOGIQUES DE PANAFRICOM : L’ABC DU NEOPANAFRICANISME (LUC MICHEL, JUIN 2016)

sur http://www.lucmichel.net/2017/08/30/panafricom-tv-unification-et-liberation-de-lafrique-les-bases-ideologiques-de-panafricom-labc-du-neopanafricanisme-luc-michel-juin-2016/

(Sources : Afrique Media – PANAFRICOM-TV – Le Monde – AFP – ELAC Website – EODE Think Tank)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :

Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –

Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme

(Vu de Moscou et Malabo) :

PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :

WEBSITE http://www.lucmichel.net/

PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE

https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/

TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN

* EODE :

EODE-TV https://vimeo.com/eodetv

WEBSITE http://www.eode.org/

LINKEDIN https://www.linkedin.com/in/luc-michel-eode-600661163/

BILANS ET ENJEUX DE L’ASSEMBLEE GENERALE DE L’UNION AFRICAINE A ADDIS-ABEBA CES 10-11 FEVRIER 2019ultima modifica: 2019-02-16T22:06:00+01:00da davi-luciano
Reposta per primo quest’articolo

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non verrà pubblicato ma sarà visibile all'autore del blog.
I campi obbligatori sono contrassegnati *