TERRORISME D’ETAT US/ LE GENERAL IRANIEN SOLEIMANI ASSASSINE PAR LES AMERICAINS EN IRAK : VERS UNE ESCALADE PLANIFIEE PAR WASHINGTON

 

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/

Luc MICHEL pour EODE/

Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/

2019 01 03/
LM.GEOPOL - Soleimani assassiné I (2020 01 03) FR (2)

« Un contexte brûlant depuis fin octobre. L’Irak va-t-il se transformer en champ de bataille par procuration entre Washington et Téhéran ? Une dizaine d’attaques à la roquette ont en tout cas visé depuis fin octobre des soldats et des diplomates américains, tuant il y a une semaine un sous-traitant américain. Dimanche soir, Washington, qui accuse les factions pro-Iran du Hachd al-Chaabi d’être derrière ces attaques non revendiquées, a répondu en bombardant des bases de l’une d’elles près de la frontière syrienne, faisant 25 morts »

– FranceInfo (ce 3 janvier).

« Il n’y a aucun doute sur le fait que la grande nation d’Iran et les autres nations libres de la région prendront leur revanche sur l’Amérique criminelle pour cet horrible meurtre »

– le président iranien Hassan Rohani.

L’émissaire de Téhéran pour les affaires irakiennes, le puissant général Qassem Soleimani, et un autre leader du Hachd al-Chaabi (le « Hezbollah » pro-iranien en Irak) ont été tués tôt ce matin dans un raid américain à Bagdad, trois jours après une attaque inédite contre l’ambassade américaine (1) (2). Le bombardement a été déclenché sur ordre du président américain Donald Trump, ce qui ravive fortement les tensions entre les deux pays. La mort du général Qassem Soleimani, tué dans un bombardement américain, est un point de non-retour dans l’escalade planifiée par les USA dans le triangle géopolitique Iran-Irak-Syrie. Le Pentagone a confirmé avoir abattu ce responsable militaire pour “protéger le personnel américain à l’étranger” (sic), quelques jours après l’attaque de l’ambassade américaine à Bagdad.

QUELLE EST LA GEOPOLITIQUE DES USA EN IRAK EN 2020 ?

J’avais traité précisément ce 1er janvier pour le REPORTAGE de PRESS TV (Iran) les grandes lignes de la Géopolitique des USA en Irak en ce début 2020, caractérisée par une perte d’influence compensée par une fuite en avant des faucons du State Department et du Pentagone :

* Voir la video du REPORTAGE de ce 1er janvier 2020  :

sur https://youtu.be/aRA01WE4wVo

POURQUOI LE PENTAGONE A ASSASSINE LE GENERAL SOLEIMANI, L’HOMME-CLÉ DE L’INFLUENCE IRANIENNE AU MOYEN-ORIENT ?

La tension entre Etats-Unis et Iran grimpe encore. Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, s’est engagé ce vendredi 3 janvier à “venger” la mort du puissant général iranien Qassem Soleimani, tué plus tôt dans un raid américain à Bagdad, en Irak. Il a également décrété un deuil national de trois jours dans son pays.

Le département américain de la Défense a confirmé avoir abattu ce responsable militaire et a évoqué une mesure “défensive” (sic) prise pour “protéger le personnel américain à l’étranger” (resic). Le Pentagone a pris soin de souligner que le général Soleimani était le chef des opérations extérieures des Gardiens de la révolution, une organisation considérée comme terroriste par Washington depuis avril dernier. Le général iranien présidait par ailleurs aux négociations pour former le futur gouvernement irakien. Accusé par Washington « d’être derrière de l’attaque de l’ambassade américaine », “Le général Soleimani préparait activement des plans pour attaquer des diplomates et des militaires américains en Irak et à travers la région”, indique le Pentagone, qui attribue au puissant général iranien l’attaque survenue cette semaine contre l’ambassade des Etats-Unis à Bagdad. Le président n’a pas immédiatement fait de commentaire mais il a tweeté un drapeau américain.

AL-MUHANDIS, CHEF DE LA MILICE IRAKIENNE HASHD AL-SHAABI, ET NAEM QASSEM N°2 DU HEZBOLLAH, ONT ÉGALEMENT ÉTÉ ASSASSINÉS (SOURCES IRAKIENNE ET ISRAÉLIENNE)

Deux sources de la milice HASHD AL-SHAABI (confirmées par des sources israéliennes) ont déclaré que « les deux invités avaient également été tués dans l’attaque, mais ont refusé de les identifier ». On suppose que Soleimani était l’un d’eux, tandis que le chef adjoint du Hezbollah Naem Qasm était l’autre. Cependant, aucun rapport officiel n’a été confirmé. Un responsable de la sécurité, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a déclaré qu’Al-Muhandis était arrivé à l’aéroport en convoi avec d’autres personnes pour recevoir Soleimani (et Naïm Qassem), dont l’avion était arrivé du Liban ou de Syrie. La frappe aérienne a eu lieu près de la zone de cargaison, après que les “invités” ont quitté l’avion pour être accueillis par al-Muhandis et d’autres.

Le raid a été effectué par des hélicoptères d’assaut américains ce vendredi matin 3 janvier et aurait tué sept personnes. Les Unités de mobilisation populaire (HASHD AL-SHAABI) sont l’organisation coordinatrice des milices chiites irakiennes pro-iraniennes. Ses dirigeants étaient à l’aéroport de Bagdad pour recueillir des «invités de haut niveau».

COMMENT TRUMP A FAIT ASSASSINE LA BETE NOIRE DES ISRAELIENS ?

« A cette heure, les forces Al Quds d’Iran sont décapitées (et reconnues officiellement comme telles) par un raid surprise des forces israélo-américaines », affirme une source israélienne à Paris ! « On peut considérer que, techniquement, les Etats-Unis, Israël, d’un côté, l’Iran et le Hezbollah, de l’autre sont, techniquement, entrés en guerre », ajoute la même source.

“L’ennemi américain et israélien est responsable de la mort des moudjahidines Abu Mahdi al-Muhandis et Qassem Soleimani”, a déclaré Ahmed al-Assadi, porte-parole du groupe de coordination des Forces de mobilisation populaire irakiennes, composé de milices soutenues par l’Iran.

QUI ETAIT LE GENERAL QASSEM SOLEIMANI ?

Le général Qassem Soleimani, tué ce vendredi à Bagdad dans un bombardement américain, était une figure centrale de l’influence de l’Iran dans la région. Considéré comme un adversaire redouté des États-Unis et de ses alliés, il était aussi un acteur majeur de la lutte véritable contre les forces jihadistes.

C’était une figure clé de la politique iranienne. Le puissant général Qassem Soleimani était le chef de la Force Al-Qods des Gardiens de la révolution, chargée des opérations extérieures de la République islamique. Ce personnage charismatique a notamment exercé une influence clé dans les tractations politiques depuis 2018 en vue de former un gouvernement en Irak. À 62 ans, il est aussi devenu ces dernières années une véritable star en Iran avec de très nombreux followers sur son compte Instagram, qui n’est plus accessible. Le général iranien a aussi joué un rôle important dans le combat contre les forces jihadistes. Il est devenu un personnage caractéristique de l’influence iranienne au Moyen-Orient, où il a renforcé le poids diplomatique de Téhéran, notamment en Irak et en Syrie, deux pays où les Etats-Unis sont engagés militairement.

“Pour les chiites du Moyen-Orient, c’est un mélange de James Bond, Erwin Rommel et Lady Gaga”, écrivait l’ancien analyste de la CIA Kenneth Pollack dans son portrait de Qassem Soleimani pour le numéro du magazine américain ‘Time’ consacré aux 100 personnalités les plus influentes du monde en 2017. En Iran, plongé dans le marasme économique, certains lui avaient suggéré de se lancer sur la scène politique locale. Mais le général iranien avait tenu à rejeter les rumeurs selon lesquelles il aurait pu se présenter à l’élection présidentielle de 2021. Le haut-gradé a déployé notamment ses talents dans l’Irak voisin. À chaque développement politique ou militaire dans ce pays, il a fait le déplacement, pour agir en coulisses et, surtout, en amont. Percée du groupe État islamique, référendum d’indépendance au Kurdistan ou aujourd’hui formation d’un gouvernement… À chaque fois, il a rencontré les différentes parties irakiennes et défini la ligne à tenir, affirment différentes sources qui ont assisté à ces réunions, toujours tenues dans le plus grand secret.

Son influence était ancienne puisqu’il dirigeait déjà la Force Al-Qods lorsque les Etats-Unis ont envahi l’Afghanistan en 2001. “Mes interlocuteurs iraniens étaient très clairs sur le fait que même s’ils informaient le ministère des Affaires étrangères, au bout du compte c’était le général Soleimani qui prendrait les décisions”, confiait en 2013 à la BBC Ryan Crocker, un ex-ambassadeur américain en Afghanistan et en Irak.

Après être resté dans les coulisses pendant des décennies, Qassem Soleimani a commencé à faire la une des médias après le début du conflit en Syrie en 2011, où l’Iran, poids lourd chiite de la région, apporte une aide précieuse au gouvernement de Bachar al-Assad. Ce haut commandant des Gardiens de la révolution, l’armée idéologique de la République islamique d’Iran, avait également raconté avoir passé au Liban – avec le Hezbollah chiite libanais – l’essentiel du conflit israélo-libanais de l’été 2006, dans un entretien exclusif diffusé par la télévision d’État iranienne en octobre dernier. À l’étranger, certains dirigeants occidentaux le voient comme un personnage central dans les relations de Téhéran avec des groupes comme le Hezbollah libanais et le Hamas palestinien.

Selon une étude menée par IranPoll et l’université de Maryland, 83 % des Iraniens interrogés avaient une opinion favorable du général, classé devant le président, Hassan Rohani, et le chef de la diplomatie, Mohammad Javad Zarif.

A NOTER ENCORE LA REACTION DES MARCHES DU PETROLE

La nouvelle de la mort de Qassem Soleimani a fait bondir de plus de 4% les cours du pétrole. L’or noir iranien est déjà sous le coup de sanctions américaines et la montée en puissance de l’influence de Téhéran en Irak, deuxième producteur de l’Opep, fait redouter aux experts un isolement diplomatique et des sanctions politiques et économiques …

NOTES :

(1) Des dizaines d’analyses et de commentaires publiés depuis ce mardi relèvent très peu l’échec militaire que constitue pour les États-Unis, l’infiltration des dizaines d’Irakiens dans l’enceinte de l’ambassade américaine et la totale paralysie des militaires américains à défendre le bâtiment. Alors que le Pentagone affirme vouloir déployer 4.000 soldats et mercenaires supplémentaires dans la région pour assurer la sécurité du « personnel diplomatique US », bon nombre d’observateurs se demandent à quoi servira « un contingent militaire » qui ne sait se défendre contre quelques tirs de roquettes.

(2) Que s’est-il passé ?

Des milliers de manifestants ont forcé l’entrée de l’ambassade des Etats-Unis. Ils ont brûlé des drapeaux, arraché des caméras de surveillance et crié “Mort à l’Amérique”. Selon des journalistes de l’AFP présents sur place, ils sont parvenus à pénétrer à l’intérieur de l’enceinte de la représentation diplomatique américaine. Pour disperser la foule, les forces américaines ont alors tiré des grenades lacrymogènes et assourdissantes depuis l’intérieur du bâtiment.

Qui étaient les manifestants ?

Il s’agissait d’hommes portant l’uniforme des combattants du Hachd al-Chaabi. Cette coalition de paramilitaires est dominée par des factions chiites pro-iraniennes à laquelle appartiennent les brigades du Hezbollah. Des femmes étaient également présentes dans la foule, brandissant dans le ciel des drapeaux irakiens et du Hachd. Les journalistes de l’AFP sur place ont aussi constaté la présence des plus hauts dirigeants du mouvement, des officiels de l’Etat irakien qui interagissent régulièrement avec les officiels américains.

D’autres lieux ont-ils été attaqués ?

Oui. Avant de s’en prendre à l’ambassade, les milliers de combattants et de partisans ont traversé les checkpoints de l’ultrasécurisée “zone verte” de Bagdad, où siège l’ambassade américaine et les institutions irakiennes. Ils ont brûlé des installations de sécurité à l’extérieur, jeté des pierres sur les tourelles de ses gardes et couvert les vitres blindées avec des drapeaux du Hachd et des brigades du Hezbollah. Sur les murs, ils ont écrit “Non à l’Amérique” ou “Fermé sur ordre des brigades de la résistance”.

Pourquoi manifestaient-ils ?

Les manifestants irakiens se sont rassemblés pour dénoncer les bombardements américains contre un groupe armé irakien pro-Iran qui ont tué au moins 25 miliciens du Hezbollah dimanche. Les frappes américaines ont été organisées en représailles de la mort d’un sous-traitant américain, vendredi. Washington attribue cette onzième attaque à la roquette en deux mois aux brigades du Hezbollah. Les milices soutenues par Téhéran ont immédiatement répliqué par des tirs de roquette contre une base américaine près de la capitale irakienne. “La guerre de l’ombre que se livraient jusqu’ici Donald Trump et l’ayatollah Khamenei se transforme peu à peu en un conflit frontal”, rapporte RFI.

(Sources – Press TV – Farsi – AFP – FranceInfo – France24 – EODE Think Tank)

Photos :

Voici une image du général Soleimani diffusée par l’administration du guide suprême iranien. Elle date du 1er octobre 2019 et est issue d’une interview filmée, menée par des dirigeants iraniens.

Le général de division Yahya Rahim Safavi, commandant en chef des Gardiens de la Révolution islamique (Islamic Revolutionary Guards Corp – IRGC) de l’Iran (à gauche), salue le cheikh Naim Qassem, secrétaire général adjoint du Hezbollah libanais, lors d’une cérémonie religieuse à Téhéran, Iran, le 18 août 2007.

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :

Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –

Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme

(Vu de Moscou et Malabo) :

PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :

WEBSITE http://www.lucmichel.net/

PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE

https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/

TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN

LUC-MICHEL-TV https://vimeo.com/lucmicheltv

* EODE :

EODE-TV https://vimeo.com/eodetv

WEBSITE http://www.eode.org/

LINKEDIN https://www.linkedin.com/in/luc-michel-eode-600661163/

TERRORISME D’ETAT US/ LE GENERAL IRANIEN SOLEIMANI ASSASSINE PAR LES AMERICAINS EN IRAK : VERS UNE ESCALADE PLANIFIEE PAR WASHINGTONultima modifica: 2020-01-11T22:02:22+01:00da davi-luciano
Reposta per primo quest’articolo

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non verrà pubblicato ma sarà visibile all'autore del blog.
I campi obbligatori sono contrassegnati *