L’ACTUALITE QUI CONFIRME L’ANALYSE : COMMENT LES SANCTIONS AMERICAINES VONT REFORCER L’INTEGRATION EURASIATIQUE DE L’IRAN ET DE LA CHINE ?!

LM DAILY / 2018 05 12/

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

« La géographie ne se discute pas, elle existe, tout simplement »

– Spykman (géopoliticien de la Thalassocratie américaine).

ART.COMPL.GEOPOL - Iran chine sanctions us (2018 05 12) FR (2)

« La géographie reste la matrice de la plupart des rapports de force dans le monde. La géopolitique est donc la fille directe de la géographie »

– Robert D. Kaplan (géopoliticien néo-conservateur US).

« La politique d’un État est dans sa géographie »

ART.COMPL.GEOPOL - Iran chine sanctions us (2018 05 12) FR (3)

– Napoléon Ier.

Napoléon anticipait la géopolitique. Et il avait raison. Il suffit souvent de consulter les cartes et les Atlas pour prévoir les évolutions géopolitiques. Mais aussi pour comprendre comment derrière les idéologies et les religions, les conjonctures politiques passagères (la Géopolitique raisonne en cycles longs, pas en chocs émtionnels), la géographie dicte le destin des peuples et des états, mais aussi des aires civilsationnelles. Il en va ainsi de l’Iran, issu d’une géopolitique millénaire en Eurasie, « couloir civilisationnel ».

Un oeil sur une carte explique que l’Iran est et sera l’un des axes majeurs de l’unification eurasiatique. Déterminisme géographique auquel s’ajoutent la dimension (clé de la puissance géopolitique) et les conditions stratégiques du moment (la conjoncture, notamment l’hostilité des USA, conduit Téhéran vers l’Eurasisme).

J’annonce ainsi depuis les Années 2013-2014 que l’unification eurasiatique amorcée autour d’un Axe Moscou-Pékin allait se transformer en un Axe géopolitique à trois : Russie-Chine-Iran. L’Iran y avance à pas rapides. Et la guerre de Syrie, qui a forgé l’alliance militaire et stratégique des trois puissances eurasiatiques, y a puissamment contribué.

Le processus géoéconomique dit des « nouvelles routes de la Soie » (ou encore OBOR, « One belt, one road ») contribue à l’intégration géopolitique. C’est l’analyse classique du grand théoricien du « Nationalisme économique » et de « l’émergence des Etats en voie de développement », le grand Friedrich List, en application ! L’actualité nous le confirme encore ce jour, à propos des nouvelles sanctions américaines contre l’Iran …

IRAN/SANCTIONS : PEKIN NE CEDE PAS AUX EXIGENCES US (PRESS TV)

* Voir sur Press TV :

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/05/12/561428/Nouvelle-liaison-ferroviaire-sinoiranien

Extrait :

« Alors que les États-Unis demandent aux sociétés étrangères de mettre fin à leurs activités en Iran, Pékin entend bien maintenir ses relations économiques et commerciales avec l’Iran. En d’autres termes, les sanctions anti-iraniennes de Trump la laisse indifférentes. Pire, l’ébauche de ce qui est connu sous le nom de “la Ceinture et la Route”

commence même à prendre corps. La Chine poursuivra sa coopération transparente avec l’Iran sur la base de la non-violation de nos obligations internationales a fait savoir Geng Shuang, porte-parole de la diplomatie chinoise, au lendemain du retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien.

L’agence de presse officielle chinoise Xinhua a fait part, le jeudi 10 mai, du lancement d’une nouvelle liaison ferroviaire entre la Chine et l’Iran. Sa trajectoire exacte n’a pas été annoncée dans la répartition, mais le temps de trajet sera apparemment raccourci d’au moins 20 jours par rapport aux navires de charge. La Chine a réussi à contourner les sanctions anti-iraniennes des États-Unis dans le passé et elle serait probablement en mesure de le reproduire cette fois-ci.

La Chine fait partie du premier partenaire économique et commercial de l’Iran. En septembre 2017, Pékin a accordé des lignes de crédit pour un total de 10 milliards de dollars à cinq banques iraniennes pour le financement de projets d’infrastructures. »

« PÉKIN SAIT COMMENT CONTOURNER LES SANCTIONS US » (PARS TODAY)

* Voir sur Pars Today :

http://parstoday.com/fr/news/world-i64282-p%C3%A9kin_sait_comment_contourner_les_sanctions_us

Extrait :

« Bien que Donald Trump ait annoncé le 8 mai sa décision de retirer son pays de l’accord nucléaire iranien, la Chine n’entend pas rompre ses liens avec Téhéran. Des experts interrogés par Sputnik ont raconté comment Pékin pourrait contourner les sanctions américaines contre l’Iran. Malgré le retrait des États-Unis de l’accord nucléaire avec l’Iran, la Chine continuera de coopérer et de dialoguer avec l’Iran, a déclaré le 9 mai le porte-parole de la diplomatie chinoise Geng Shuang. Pékin a une riche expérience de travail avec ses partenaires sous sanctions de Washington, a annoncé à Sputnik la spécialiste des affaires iraniennes de l’Institut des études orientales de Moscou, Irina Fiodorova. « La Chine a toujours trouvé des moyens de contourner les sanctions occidentales les plus délirantes contre l’Iran et, par le passé, elle s’est rapprochée de pays d’Europe, d’Amérique latine et d’Amérique du Nord alors que d’autres pays refusaient de le faire sous la pression américaine. Cela signifie que la Chine établira des entreprises qui opéreront en Iran et travailleront avec les Iraniens pour être à l’abri des sanctions américaines », a-t-elle indiqué. Mme Fiodorova a souligné que la décision de Washington de se retirer de l’accord iranien augmentait la dépendance de Téhéran envers les investissements et technologies chinoises.

Cela étant, des efforts diplomatiques sont aussi nécessaires, a supposé le directeur du Centre des études iraniennes de l’université du Sud-Est de la Chine, Ji Kaiyun (…) « Même si les États-Unis sont sortis de l’accord, la Chine doit établir une coopération avec l’Iran pour atténuer les tensions existantes. De plus, sur fond du retrait des États-Unis et de l’antagonisme grandissant entre l’Iran d’un côté et Israël et l’Arabie saoudite de l’autre, dans la mesure où Tel-Aviv pourrait considérer une opération chirurgicale comme un moyen de régler le problème, la Chine devrait avoir un plan de secours », a expliqué l’interlocuteur de Sputnik. a chercheuse de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), Tytti Erasto, a déclaré à Sputnik que la Chine et l’Union européenne pourraient former des canaux alternatifs pour travailler avec l’Iran.

Toutefois, Pékin n’a pas directement intérêt à aider les Européens à contourner les barrières américaines. »

# L’ANALYSE DE REFERENCE :

* LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

DE L’AXE MOSCOU-TEHERAN A UN AXE EURASIATIQUE MOSCOU-PEKIN-TEHERAN :

COMMENT LA CHINE S’EST AUSSI RAPPROCHEE DE L’IRAN

sur http://www.lucmichel.net/2017/11/04/luc-michels-geopolitical-daily-de-laxe-moscou-teheran-a-un-axe-eurasiatique-moscou-pekin-teheran-comment-la-chine-sest-aussi-rapprochee-de-liran/

_____________________________

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :

Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire – Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme (Vu de Moscou et Malabo) :

PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

LUC MICHEL PAGE OFFICIELLE I/

https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/

WEBSITE http://www.lucmichel.net/

LUC MICHEL Official International Fan Club https://www.facebook.com/groups/LUCMICHEL.OfficialFanClub/

L’ACTUALITE QUI CONFIRME L’ANALYSE : COMMENT LES SANCTIONS AMERICAINES VONT REFORCER L’INTEGRATION EURASIATIQUE DE L’IRAN ET DE LA CHINE ?!ultima modifica: 2018-06-13T13:12:27+02:00da davi-luciano
Reposta per primo quest’articolo

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non verrà pubblicato ma sarà visibile all'autore del blog.
I campi obbligatori sono contrassegnati *