LA GUERRE DES MINES EN AFRIQUE (PARTIE II): LA GUERRE DES MINES EN AFRIQUE II. KABILA ET LE NOUVEAU CODE MINIER EN RDC

Voir sur PANAFRICOM-TV/

LUC MICHEL SUR ‘ZOOM AFRIQUE’

(PRESS TV, 8 MARS 2018) –

LA GUERRE DES MINES EN AFRIQUE (PARTIE II) :

KABILA LE NOUVEAU CODE MINIER EN RD CONGO ET LA RESISTANCE AFRICAINE AUX MULTINATIONALES

sur https://vimeo.com/259365870

LM.PRESS TV - ZOOM AFRO guerre des mines II (2018 03 08)

* Au sommaire de ce Zoom Afrique :

– Le cobalt devait désormais être considéré comme un minerai stratégique.

Comment la RDC (qui en possède la moitié des réserves mondiales) veut en conserver le contrôle ?

– La guerre des mines, comment se prépare la RDC ?

Le géopoliticien Luc MICHEL explique comment le président Kabila organise la résistance aux multinationales occidentales …

* Voir aussi la Partie I :

sur PANAFRICOM-TV/

LUC MICHEL SUR ‘ZOOM AFRIQUE’ (PRESS TV, 19 DEC. 2017):

LA GUERRE DES MINES EN AFRIQUE ET SON EPICENTRE LA GUINEE CONAKRY

sur https://vimeo.com/248505756

 

ALLER PLUS LOIN :

LE BRAS DE FER DU PRESIDENT KABILA AVEC LES MULTINATIONALES OCCIDENTALES

Que dit RFI ?

« En RDC, le président Joseph Kabila a reçu ce mardi 6 mars les plus grands PDG des sociétés minières. L’adoption de la révision du code minier par le Parlement à la mi-décembre n’a finalement pas été promulguée par le président Kabila et le délai de 30 jours a déjà expiré. Mais les miniers s’inquiètent toujours. Ils avaient demandé un rendez-vous début février au chef de l’Etat congolais qui leur a donc finalement été accordé.

Pour l’Etat congolais, l’enjeu est d’obtenir davantage des réserves mondiales de cobalt. Son sous-sol détient plus de 50 % des réserves de ce minerai qui, à cause du développement des batteries électriques, a connu une hausse des prix de plus de 70 % l’an dernier.

Le premier code minier a été adopté en 2003 et il est toujours en vigueur. Le pays s’en était doté après la guerre et à l’époque, il était plutôt favorable aux exploitants. Il s’agissait en effet d’attirer les investisseurs qui auraient pu être rebutés par l’image d’instabilité du pays. Il était prévu qu’il ne s’agissait que d’un code transitoire, en attendant une nouvelle législation dont la négociation devait se faire main dans la main avec les miniers, mais les discussions ont été repoussées régulièrement.

Puis l’an dernier, coup de théâtre. En pleine crise économique, la réforme est adoptée avec une hausse de presque toutes les taxes dont la redevance minière. Celle-ci pourrait même être multipliée par 10 pour certaines substances, dont le cobalt, par un simple acte administratif. A la suite de l’adoption de ce code, sept des plus grandes sociétés minières du pays ont décidé de se constituer en association, affirmant ouvertement que la Fédération des entreprises du Congo n’avait pas su représenter leurs intérêts dans ces négociations. Certaines, comme Glencore, se disent même d’ores et déjà prêtes à porter l’affaire en justice car la RDC n’aurait pas respecté ses engagements. « S’ils veulent leurs voitures électriques, ils vont devoir payer, c’est tout », rétorque un officiel congolais (…) Des économistes et avocats congolais du collectif Makutano demandent au président congolais de ne pas céder à la pression. Le chef de l’Etat « n’a pas le droit à l’erreur face à ceux qui viennent pour défendre les intérêts de leurs sociétés », explique un membre de ce collectif, joint par RFI. Al Kitenge pense que Joseph Kabila doit rester dans son rôle de garant de la nation et défendre les intérêts de la République. « Un pays est géré par les institutions du pays et non par les opérateurs économiques. Ce serait une erreur grave de penser que la République peut être poursuivie parce que simplement elle essaye de défendre les intérêts de la Nation », a-t-il précisé. « Aujourd’hui, un contrat ou une convention nationale ou internationale a ceci de particulier, elle doit être équitable. Dans la situation d’aujourd’hui, il est évident que ce code minier dans sa version de

2002 était extrêmement généreux vis-à-vis des opérateurs économiques.

Il était important que, dans un cadre légal, il soit révisé », a ajouté Al Kitenge, membre du collectif Makutano. » _______________

# PANAFRICOM/

PANAFRIcan action and support COMmittees :

Le Parti d’action du Néopanafricanisme !

* Suivre Panafricom-Tv/

https://vimeo.com/panafricomtv

LA GUERRE DES MINES EN AFRIQUE (PARTIE II): LA GUERRE DES MINES EN AFRIQUE II. KABILA ET LE NOUVEAU CODE MINIER EN RDCultima modifica: 2018-03-10T11:25:14+01:00da davi-luciano
Reposta per primo quest’articolo

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non verrà pubblicato ma sarà visibile all'autore del blog.
I campi obbligatori sono contrassegnati *