ISRAEL : DES ÉLECTIONS POUR QUE NETANYAHU PUISSE RENVERSER LES ENQUÊTES DE CORRUPTION ?

OBSERVATOIRE DES ELECTIONS/

EODE/ 2018 03 08/

Avec Times of Israel – Reuters/

EODE - ELEC vers des elections en israel (2018 03 08) FR (2)

« Des élections pour que Netanyahu puisse renverser les enquêtes de corruption ? », interroge la presse israélienne. « Les Israéliens pourraient se retrouver devant les urnes au cours des prochains mois en raison d’une crise de coalition orchestrée par le Premier ministre israélien. Si l’on en croit les menaces des partenaires de la coalition, Israël est en route pour de nouvelles élections, et bientôt. »

Au cours de la semaine dernière, alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu fait face à des accusations croissantes de corruption dans cinq affaires distinctes dans lesquelles il semble être impliqué, les partis ultra-orthodoxes de la coalition ont menacé de rejeter le budget de 2019 à moins qu’une loi exemptant les membres de leur communauté du service militaire ne soit approuvée. En réponse, le ministre des Finances Moshe Kahlon a menacé de démissionner si le budget n’est pas adopté la semaine prochaine, et le ministre de la Défense Avigdor Liberman a insisté pour que son parti ne se plie pas aux exigences des ultra-orthodoxes.

Avant de quitter Israël samedi pour un voyage de cinq jours à Washington et New York, M. Netanyahu a déclaré aux journalistes : « Nous n’avons aucune raison de provoquer des élections anticipées, et avec de la bonne volonté, cela n’arrivera pas ». Il a prédit que le gouvernement allait se maintenir jusqu’en novembre 2019, date à laquelle les élections sont actuellement prévues. Mardi, il est apparu moins optimiste, avec des sources gouvernementales de haut niveau proches du Premier ministre disant qu’il n’était pas intéressé par une solution provisoire à court terme, et qu’il pourrait demander la tenue d’une élection anticipée si une solution à long terme n’était pas trouvée.

« L’objectif de Netanyahu pour le moment est un gouvernement qui assume son mandat jusqu’à la fin », a déclaré une source aux médias israéliens. Il n’y a pas de raison que ce gouvernement tombe en mai.

Par conséquent, sans un accord qui garantisse la survie du gouvernement, il n’y aura pas d’autre choix que d’aller aux élections.

» Plusieurs membres de la coalition de Netanyahu ont affirmé qu’il est en réalité à l’origine de cette impasse, et les députés de l’opposition l’ont accusé d’essayer de provoquer les élections pour se soustraire aux enquêtes sur la corruption.

Voici quelques éléments qui expliquent pourquoi ils ont peut-être raison et pourquoi, dans l’affirmative, Netanyahu ne veut pas que le public le sache :

  1. NETANYAHU POURRAIT SÛREMENT RÉSOUDRE LA CRISE DE LA COALITION S’IL LE VOULAIT

Si le budget de l’État n’est pas adopté avant la fin du mois de mars, le gouvernement sera automatiquement renversé. Cependant, le budget de

2018 ayant été approuvé il y a quelques mois, Kahlon exige que le plan budgétaire de 2019 soit approuvé avant la pause de six semaines de la Knesset qui commencera le 18 mars, ce qui ne semble pas être une mesure d’urgence absolue. Il en va de même des exigences des ultra-orthodoxes. L’année dernière, la Cour suprême a rejeté une loi qui exemptait du service militaire les hommes ultra-orthodoxes engagés dans des études religieuses, au motif qu’elle portait atteinte au principe de l’égalité devant la loi. Sans une nouvelle loi, la conscription s’appliquerait automatiquement à tout le monde, mais la Cour a dit que le gouvernement avait jusqu’en septembre pour légiférer à nouveau.

Certains commentateurs ont estimé que Netanyahu a entièrement fabriqué la crise, ayant déjà promis à Kahlon et aux partis ultra-orthodoxes une place dans sa prochaine coalition s’ils l’aident à déclencher des élections. D’autres, comme le chef du parti YaHadout HaTorah, Yaakov Litzman, disent que l’impasse est bien réelle, mais que Netanyahu ne fait aucun effort pour en sortir. Si Netanyahu le voulait, plusieurs membres de la coalition affirment qu’il pourrait demander à Kahlon d’assouplir la date limite qu’il s’est lui-même imposée ou promettre aux dirigeants ultra-orthodoxes de voter sur un projet de compromis sur la conscription immédiatement après l’adoption du budget. À première vue, la supposée crise semble assez facile à résoudre, du moins avec la volonté politique de Netanyahu.

  1. LES POURSUITES NE DISPARAISSENT PAS, MAIS LES ÉLECTIONS POURRAIENT RETARDER LA PROCÉDURE D’INCULPATION

Netanyahu a peut-être échappé à ses ennuis juridiques cette semaine pendant toute la durée de sa visite aux États-Unis, mais ses problèmes restent sans issue, la police poursuivant toujours cinq enquêtes distinctes sur la corruption qui lui sont liées. La police a recommandé de l’inculper pour corruption, fraude et abus de confiance dans deux de ces enquêtes, l’accusant d’implication dans six agissements délictueux différents. Et dans les autres enquêtes, plusieurs de ses plus proches collaborateurs et alliés ont été arrêtés, dont deux parmi eux qui sont devenus témoins de l’Etat contre lui ces derniers jours.

Ses défenseurs au Likud répliquent à juste titre que les recommandations et les enquêtes en cours n’ont aucune valeur juridique à ce stade, et seule une décision du procureur général Avichai Mandelblit de porter plainte pourrait obliger le Premier ministre à quitter ses fonctions. Mais le mantra de Netanyahu « il n’y aura rien parce qu’il n’y a rien » semble avoir été écrasé par le poids des accusations, et de nombreux observateurs prédisent que Mandelblit n’aura finalement pas d’autre choix que de l’inculper.

Une campagne électorale, cependant, retarderait probablement toute poursuite judiciaire jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement ait prêté serment. Alors que de nombreuses enquêtes policières sur des fonctionnaires ont été menées dans la période précédant les élections, le procureur général d’Israël n’a jamais inculpé un homme politique en lice pendant une campagne électorale. Cela pourrait donner à Netanyahu six mois de plus pour obtenir l’appui du public et constituer une défense contre les actes d’accusation éventuels.

  1. NETANYAHU GAGNERAIT PROBABLEMENT LES ÉLECTIONS

Malgré les soupçons de corruption, les sondages effectués depuis l’adoption des recommandations de la police ont révélé une augmentation modeste mais régulière du soutien au parti Likud de Netanyahu. Les sondages les plus récents donnent au parti 29 sièges à la Knesset, soit cinq de plus que son rival en deuxième place, Yesh Atid. Alors que le Likud compte actuellement 30 sièges à la Knesset, avant les recommandations d’inculpation, les sondages montraient qu’il restait autour de 25, à égalité avec Yesh Atid. Netanyahu a même vanté les sondages internes du Likud qui, selon lui, montrent que le parti a remporté jusqu’à 36 sièges.

Pour être clair, dans le même temps, les sondages ont également montré qu’environ la moitié des Israéliens pensent que Netanyahu devrait démissionner en raison des accusations de corruption. Mais ils montrent également un recul significatif par rapport à des sondages similaires publiés avant les recommandations d’inculpation, dans lesquels 60 % ont déclaré que Netanyahu devrait démissionner si la police recommande des accusations de corruption et seulement 28 % estimaient qu’il devrait rester. Bien sûr, les sondages effectués avant même qu’une élection ne soit annoncée pourraient changer radicalement, et une élection perçue comme une tentative d’éviter les mises en accusation pourrait être impopulaire. Mais si de nombreux Israéliens veulent que Netanyahou s’en aille, il semble que les accusations de corruption ont renforcé la détermination de ses partisans. Et cela pourrait se traduire par une victoire dans les urnes.

  1. LE LIKUD A UN MESSAGE DE CAMPAGNE CLAIR

Pendant plus d’un an d’enquêtes policières, M. Netanyahu et ses partisans ont maintenu une ligne d’attaque assez constante pour répondre aux accusations. Il a accusé des « forces de gauche obscures » d’avoir dirigé une conspiration politique intense contre lui. Ses alliés ont dénoncé les manifestants protestant contre la corruption comme des « agents anti-israéliens ». Il a qualifié les informations négatives de « fausses nouvelles » et dit que les médias se livrent à une « chasse aux sorcières obsessionnelle ». La gauche, affirme-t-il avec ses défenseurs, n’a pas réussi à démettre Netanyahu de ses fonctions en raison de ses succès en tant que Premier ministre et fait donc tout ce qui est en son pouvoir pour l’évincer avec de fausses accusations de corruption.

Sa campagne électorale s’articulerait probablement autour du même message, consolidé par une consigne succincte et concrète : « Ne les laissez pas faire ». Une campagne qui soulignerait ses réussites au pouvoir – notamment par la stature de puissance mondiale sur la scène internationale – tenterait à la fois de détourner l’attention des accusations de corruption et de conforter l’opinion selon laquelle personne d’autre ne saurait le remplacer.

  1. LES ÉLECTIONS METTRAIENT L’OPPOSITION DANS UNE SITUATION DÉLICATE

Pendant ce temps, les partis de l’opposition pourraient avoir du mal à formuler un tel cri de ralliement. Insister sur le fait que Netanyahu ne peut pas continuer à exercer son rôle de Premier ministre tout en livrant des batailles juridiques, comme ils le font déjà depuis des mois (même en citant les propos de Netanyahu contre Ehud Olmert), ne suffit pas, comme le montrent les sondages.

Dans le même temps, les demandes de moralité seront accueillies avec des accusations d’hypocrisie à l’encontre du dirigeant de Yesh Atid, Yair Lapid, et du président de l’Union sioniste, Avi Gabbay. Déjà, le Likud a utilisé les relations personnelles de Lapid avec l’un des suspects centraux liés à Netanyahu, ainsi qu’une enquête antérieure contre Gabbay, pour dénoncer leurs positions anti-corruption. Mais une campagne qui met principalement l’accent sur les propositions politiques – ce que beaucoup disent que la gauche n’a pas réussi à faire depuis des années – risque de minimiser les accusations de corruption en légitimant Netanyahu comme un candidat viable et pourrait à certains égards l’aider à nier leur importance. Perdants dans tous les cas, pour ainsi dire.

  1. « PROCÈS AU COMBAT »

Dans la série fantastique très populaire de HBO « Game of Thrones », les auteurs présumés d’infractions à la loi ont le choix entre un procès traditionnel devant les juges ou, s’ils le décident, un « procès au combat » – dans lequel ils sont considérés comme innocents s’ils réussissent à se battre à mort contre un adversaire désigné.

Quelqu’un qui est prêt à regarder la mort en face et en sort vainqueur, mérite le pardon de ses péchés, prétend ainsi cette fiction.

« Gagner les élections ne disculperait pas le Premier ministre. Cela n’annulerait pas les dépositions signées contre lui par les témoins à charge de l’Etat. Cela n’annulerait pas les recommandations de la police. Et cela ne persuaderait probablement pas le procureur général de renoncer aux accusations. Mais, comme un procès au combat, il prouverait au public, et à lui-même peut-être, que Netanyahu peut gagner, au moins un dernier combat », dit le Times of Israel.

II- L’OPTION DES ELECTIONS VUES PAR UN DES PARTENAIRES DE LA COALITION GOUVERNEMENTALE

Le chef du parti YaHadout HaTorah Litzman estime que « Netanyahu veut aller aux urnes ». Il reproche au Premier ministre de « ne pas faire d’efforts pour résoudre la crise de la coalition » …

Les discussions sur la possibilité de convoquer des élections anticipées en raison d’une crise gouvernementale se sont intensifiées ce mardi, quand un partenaire clé de la coalition a affirmé que le Premier ministre Benjamin Netanyahu était désireux d’aller aux urnes, et Netanyahu transmettant un message selon lequel, en l’absence d’un accord à long-terme pour stabiliser sa coalition, le gouvernement s’effondrerait effectivement. Des sources proches du président du parti ultra-orthodoxe YaHadout HaTorah, Yaakov Litzman, auraient déclaré que « le vice-ministre de la Santé ne veut pas d’élections » et qu’il aurait accusé « Netanyahu d’avoir conduit la coalition à un point de rupture ». « Litzman veut trouver un accord, mais personne ne fait rien pour y parvenir », a déclaré une source citée par de nombreux organes d’information en hébreu. « Si aucune solution n’est trouvée à la loi sur la conscription militaire, alors il y aura des élections anticipées. »

YaHadout HaTorah a menacé de voter contre le budget de l’Etat de 2019 à moins que la nouvelle législation ne soit approuvée, exemptant les membres de la communauté ultra-orthodoxe du service militaire, sur décision de l’autorité rabbinique du parti qui est responsable de la plupart de ses décisions, le Conseil des Sages de la Torah. Le ministre des Finances Moshe Kahlon a menacé de démissionner si le budget n’est pas adopté avant les congés de Pessah à la mi-mars, et le ministre de la Défense Avigdor Liberman a également insisté pour que son parti ne se plie pas aux exigences des partis ultra-orthodoxes.

« Il n’y a pas de coordination avec Netanyahu en ce qui concerne les élections. Litzman a estimé mardi que le Premier ministre veut des élections, vu qu’il ne fait pas assez d’efforts pour mettre fin à la crise et que le Likud ne présente pas de plan de compromis », ont ajouté les sources. « Litzman ne veut pas d’élections, mais n’hésitera pas à aller aux urnes si une loi de conscription amendée n’est pas adoptée avant l’approbation du budget, conformément aux ordres du Conseil des Sages de la Torah. » « J’estime que Netanyahu veut des élections », aurait Litzman lors de réunions à huis clos, selon le nouveau site de Walla. « Sinon, je ne peux pas expliquer qu’il n’intervienne pas véritablement et que son équipe, comme [le ministre du Tourisme et l’allié de Netanyahu] Yariv Levin, ne nous présente pas de propositions de sortie de crise. »

Netanyahu est actuellement aux Etats-Unis pour la conférence politique du lobby pro-israélien AIPAC, mais la semaine dernière il a chargé Levin de trouver une solution à la crise. Outre l’impasse dans laquelle se trouve le projet de loi d’exemption, il y a également des spéculations croissantes sur le fait que Netanyahu pourrait chercher à renouveler son mandat avant une éventuelle inculpation pour corruption. Le Premier ministre fait l’objet d’une enquête dans un certain nombre d’affaires de présomption de corruption.

Mardi, des sources gouvernementales de haut niveau proches du Premier ministre ont déclaré qu’il n’était pas intéressé par une solution provisoire à court terme et qu’il pourrait demander la tenue d’un vote anticipé si une solution à long-terme n’était pas trouvée. « L’objectif de Netanyahu pour le moment est un gouvernement qui va jusqu’au bout de son mandat », a déclaré une source aux médias israéliens. Il n’y a pas de raison que le gouvernement tombe en mai.

Par conséquent, sans un accord qui garantisse la longévité du gouvernement, il n’y aura pas d’autre choix que d’aller aux urnes. »

LES ÉLECTIONS SONT ACTUELLEMENT PRÉVUES POUR NOVEMBRE 2019, MAIS POURRAIENT AVOIR LIEU DÈS JUIN SI LE GOUVERNEMENT VENAIT À TOMBER À CAUSE DE LA CRISE.

La source a déclaré que le Premier ministre ne voit que deux options :

« Un accord qui garantit que le gouvernement reste intact jusqu’à la fin ou… de déclencher des élections. Il n’y a pas de troisième option.

» « Nous attendons tous le retour du Premier ministre », aurait déclaré un collaborateur de Netanyahu, selon le nouveau site d’information Walla. En attendant, Liberman ne s’engagera même pas à rester dans le gouvernement si la loi de [conscription] est adoptée, et Kahlon refusera de voter la loi sans Liberman. Litzman insiste pour que la loi soit adoptée en trois lectures avant d’approuver le budget.

Dans cette situation, on ne trouvera pas de compromis. »

Plus tôt mardi, les députés de YaHadout HaTorah Moshe Gafni, Yaakov Asher et Uri Maklev ont déclaré qu’ils rencontreraient les autorités rabbiniques du parti pour prendre une décision sur une solution possible à la crise. Leur principale question serait de savoir s’il faut accepter de n’adopter la loi qu’en lecture préliminaire avant de voter en faveur du budget de l’État. Il s’agit de la forme que prendra le nouveau projet de loi militaire, après que la Cour suprême a rejeté en septembre une loi exemptant du service militaire les hommes ultra-orthodoxes engagés dans des études religieuses, au motif qu’elle portait atteinte au principe de l’égalité devant la loi.

Le gouvernement a jusqu’en septembre pour légiférer à nouveau sur le projet de loi ultra-orthodoxe, les députés haredi défendant deux projets de loi parallèles qui forceraient l’État à reconnaître l’étude à plein temps de la Torah comme une forme de service, et le ministère de la Défense élaborant sa propre version de la loi.

EODE / OBSERVATOIRE DES ELECTIONS/

_____________________

# EODE ORGANISATION :

* EODE-TV :

https://vimeo.com/eodetv

* ЕВРАЗИЙСКИЙ СОВЕТ ЗА ДЕМОКРАТИЮ И ВЫБОРЫ (ЕСДВ)/ EURASIAN OBSERVATORY FOR DEMOCRACY & ELECTIONS

(EODE) :

http://www.eode.org/

https://www.facebook.com/EODE.org/

https://www.facebook.com/groups/EODE.Eurasie.Afrique/

https://www.facebook.com/EODE.africa/

https://www.facebook.com/EODE.russia.caucasus/

* GROUPE OFFICIEL ‘EODE – AXE EURASIE AFRIQUE’ :

https://www.facebook.com/groups/EODE.Eurasie.Afrique/

ISRAEL : DES ÉLECTIONS POUR QUE NETANYAHU PUISSE RENVERSER LES ENQUÊTES DE CORRUPTION ?ultima modifica: 2018-03-10T10:48:42+01:00da davi-luciano
Reposta per primo quest’articolo

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non verrà pubblicato ma sarà visibile all'autore del blog.
I campi obbligatori sono contrassegnati *