LA MENACE DE L’ISLAMISME RADICAL SUR LE CAUCASE RUSSE DANS SA PERSPECTIVE GEOPOLITIQUE

 

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/

Luc MICHEL pour EODE/

Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/

2018 02 19/

LM.GEOPOL - Russie caucase djihadismes (2018 02 19) FR 2

« Les services spéciaux russes ont observé des contacts direct entre des rebelles du Caucase du Nord et des représentants des services secrets américains en Azerbaïdjan (…) Il y a des gens, surtout dans les services secrets des pays occidentaux, qui croyaient que si on déstabilisait leur principal rival géopolitique – et maintenant nous comprenons que pour eux, c’était la Russie – cela serait à leur profit »

– V. V. Poutine (dans le docu « Président »).

LM.GEOPOL - Russie caucase djihadismes (2018 02 19) FR 4

L’attentat d’hier au Daghestan (1), entité de la Fédération de Russie, nous rappelle que la menace de l’islamisme radical pèse toujours sur le Caucase russe. Elle explique aussi pourquoi Moscou s’est engagé en Syrie contre les djihadistes de toutes obédiences. Retour sur un dossier géopolitique central …

I / LES ISLAMISTES INSTRUMENTALISES DANS LE « GRAND JEU » GEOPOLITIQUE CONTRE LA RUSSIE

L’agitation islamiste dans le Caucase est une vieille affaire. Elle a commencé dès les Années 30 et a été organisée par le IIIe Reich et le Parti nazi allemand pour déstabiliser l’URSS.

L’INSTRUMENTALISATION DES ISLAMISTES CONTRE MOSCOU :

UNE VIEILLE HISTOIRE DE BERLIN A WASHINGTON

Elle a commencé dès les Années 30 et a été organisée par le IIIe Reich et le Parti nazi allemand pour déstabiliser l’URSS. Elle a alors culminé lors de la seconde guerre mondiale en 1941-44 qui a même vu de nombreux musulmans ‘soviétiques’ (Caucase et Tatars de Crimée) combattre avec les Nazis, y compris dans la Waffen SS.

Parmi les collaborateurs des nazis les Frères musulmans, organisé en réseaux par les nazis, depuis leur centrale de Munich. Cfr. le livre enquête « Une Mosquée à Munich. Les Nazis, la CIA et la montée des Frères musulmans en Occident » de Ian Jonhson (2) JC Lattès).

EN 1945, LES RESEAUX MUSULMANS SONT REPRIS EN MAINS PAR LES AMERICAINS ET ENGAGES DANS LA GUERRE FROIDE CONTRE L’URSS

En 1945, les réseaux musulmans sont repris en mains par les Américains et engagés dans la guerre froide contre l’URSS. La fin de celle-ci ne marque pas la fin mais un nouveau départ. Car les géopoliticiens US, dont Brezinski, l’auteur du « Grand Echiquier », ont repris le programme géopolitique du théoricien nazi Rosenberg et leur but final est l’éclatement de la Fédération de Russie. Le Caucase russe, ventre mou de la Russie, est l’un des fronts privilégiés de cette guerre sourde. Les deux guerres de Tchétchénie – 1994 et 1999 (gagnée par Moscou) -, l’agitation au Daghestan en sont les manifestations.

La deuxième guerre de Tchétchénie, déclenchée par les forces fédérales en 1999, a officiellement pris fin en 2009. Mais des attaques et explosions visant notamment les représentants des forces de l’ordre dans le Caucase restent fréquents.

Derrière les ennemis de la Russie : USA, NATO, Saoudiens qui ont pris en mains les djihadistes du Caucase. Vilnius en Lituanie abrite leurs moyens de communication sur le Net. Quand à la Géorgie de la « révolution de couleur » de Saachasvili, ses services secrets offrent réseaux, filières …

Les régions caucasiennes de la Fédération de Russie, Tchétchénie, de Daguestan, d’Ingouchie et de Kabardino-Balkarie, sont touchées, ainsi que la diaspora caucasienne à Moscou.

DU CAUCASE A LA SYRIE UNE MEME BATAILLE

La guerre d’agression contre la Syrie est en partie une projection du conflit du Caucase russe. Les djihadistes caucasiens y combattent dans une grosse katiba de l’ « Emirat Islamique du Caucase ». Et les ennemis de Damas entendent bien exporter le conflit en Russie pour punir Moscou.

Des sources diplomatiques évoquent même en coulisse courant 2013 des menaces directes du prince saoudien Bandar Sultan, patron des services spéciaux de Riad et véritable dirigeant des terroristes islamistes et des djihadistes en Syrie, sur les JO de Sotchi … Des kamikazes originaires du Daghestan, république instable du Caucase russe, organise des attentats sanglants, notamment en 2013 à Volgograd (ex-Stalingrad, sud de la Russie, proche de la Tchétchénie), à quelques semaines des JO de Sotchi ».

Le chef des islamistes du Caucase russe Dokou Oumarov, ennemi numéro un du Kremlin, avait appelé en juillet 2013 dans une vidéo à des attaques contre les JO de Sotchi (sud), qui s’ouvrent le 7 février, pour empêcher “par tous les moyens” la tenue de cet événement. Oumarov a à maintes reprises déclaré qu’il voulait porter le terrorisme partout en Russie. Ils ont menacé Sotchi, mais pas seulement”. “Nous vivons avec la menace terroriste et cette attaque nous le rappelle”, affirme un expert russe. Il s’agissait sans aucun doute d’un avertissement de Bandar Sultan, dont le voyage à Moscou  en 2013, avant les J.O., s’était mal déroulé, à Poutine sur la Syrie.

La Russie a été frappée depuis 1999 par une série d’attentats sanglants, plusieurs d’entre eux étant commis par des femmes-kamikaze, arme privilégiée de la rébellion islamiste. Cette rébellion a notamment revendiqué un double attentat suicide en mars 2010 dans le métro de Moscou (40 morts) et un autre à l’aéroport Moscou-Domodedovo en janvier 2011 (36 morts).

Après la première guerre de Tchétchénie (1994-1996), la rébellion s’est rapidement islamisée – sous l’impulsion des Américains et des Saoudiens – et a de plus en plus débordé hors des frontières de cette petite république pour se transformer au milieu des années 2000 en un mouvement islamiste armé actif dans tout le Caucase du Nord.

DANS LE DOCU « PRESIDENT », POUTINE ACCUSE DIRECTEMENT LES USA !

Tourné par la chaîne de télévision publique ROSSIA 1, le documentaire «Président» est consacré aux 15 ans au pouvoir de Vladimir Poutine, qui a été élu en 2012 pour un troisième mandat présidentiel, après avoir été président de 2000 à 2008 et premier ministre en 2008-2012.

* Voir le film ‘PRESIDENT’ sur PCN-TV :

Президент . Фильм Владимира Соловьева/

Président. Le Film de Vladimir Soloviev sur le parcours de Vladimir Poutine …

sur : https://vimeo.com/128418195

Poutine y met en cause directement les américains comme parrains du terrorisme djihadiste en Russie ! Au début des années 2000, «les services spéciaux russes ont observé des contacts directs» entre des rebelles du Caucase du Nord et des représentants des services secrets américains en Azerbaïdjan», y raconte M. Poutine. « Il y a des gens, surtout dans les services secrets des pays occidentaux, qui croyaient que si on déstabilisait leur principal rival géopolitique – et maintenant nous comprenons que pour eux, c’était la Russie – cela serait à leur profit. Mais il s’est avéré que ce n’était pas le cas », a indiqué M. Poutine. « En aucun cas, jamais et nulle part, il ne faut essayer d’utiliser les terroristes pour résoudre ses tâches politiques et même géopolitiques temporaires », a-t-il souligné.

II / DAECH AU CAUCASE

Trop d’analystes africains jugent encore, notamment en Afrique, les djihadistes sur ce qu’ils étaient avant 2011-2014 et les guerres de Libye et de Syrie. C’était avant elles encore le temps de la seconde génération djihadiste, celles des réseaux terroristes alliés à divers gangs mafieux. La première génération étant celle du djihadisme combattant (de l’Afghanistan à la Bosnie), celle de Ben laden. Mais nous sommes aujourd’hui à la troisième génération. Je suis faché quand j’entend parler encore en 2018 à propos de Boko Haram de « secte agonisante » (sic). La troisième génération djihadiste c’est celle des forces militaires transnationales et des « états de facto ».

J’ai toujours souligné combien la sous-estimation des capacité des djihadistes africains était une grave erreur. Et aussi sur la capacité de projection de DAECH, état de facto en structuration en 2014-2017, de ses structures militaires et de ses services secrets (l’Amni) vers d’autre organisations et foyers djihadistes.

DAECH PUISSANCE TRANSNATIONALE

DAECH a été de 2014 à 2017 le modèle et la « maison mère », avec ses structures para-étatiques, ses brigades mécanisées, ses services secrets (lire le livre de Samuel Laurent, L’ETAT ISLAMIQUE) (3). DAECH qui parti de son « califat » à cheval sur l’Irak et la Syrie avait rayonné vers la Libye somalisée, le Sahara (où le chef djihadiste Mochtar Ben Mochtar lui a fait allégeance un temps), l’Afrique centrale ou l’émirat de Boko Haram (et certains osent encore parler de « secte ») s’est vassalisé à lui (4) … L’Etat islamique au Levant vaincu en Syrie et en Irak, il s’est alors projeté vers l’Afghanistan, le sahara libyen, l’Afrique noire.

Le journaliste Samuel Laurent interroge : « Contre qui la France et ses alliés sont-ils entrés en guerre ? Contre une secte terroriste, une bande de dangereux fanatiques ? Ou contre une organisation, puissante et structurée, riche et surarmée, qui prend toutes les apparences d’un État, avec ses ministères, ses régions, ses juridictions, ses divers corps d’armée ? Et jusqu’à ses nombreux et redoutables services de renseignement, l’AMNI ? »

Recueillant les confidences de membres de l’État islamique passés du côté d’Al-Qaïda, l’organisation rivale, ainsi que des acteurs des bouleversements en cours au Moyen-Orient, Samuel Laurent pénètre les arcanes de ce qu’il appelle le « califat de la terreur ». Il en détaille l’architecture secrète, le fonctionnement, le financement. Il révèle les noms et les parcours des principaux responsables, civils et militaires. Il explique clairement dans quel piège mortel tombent les jeunes Français partis combattre aux côtés de leurs coreligionnaires.

Il donne un visage concret à la terreur qui s’est abattue sur la Syrie et l’Irak, et ensuite sur le monde entier (5).

Le clou du livre est le chapitre 8 consacré au calife. Samuel Laurent y balance une bombe : « toute la structure de commandement de l’EI, telle qu’on la connaît aujourd’hui, notamment leur chef, Aboubaker Al-Bagdadi, est passée entre les mains des Américains, dans la même prison, au même moment. Les Américains tenaient tous ces hommes considérés comme éminemment dangereux, pourtant, ils les ont tous libérés, sans aucune raison! » …

JUILLET 2015 :

LES DJIHADISTES DU CAUCASE RUSSE FONT ALLEGEANCE A L’ÉTAT ISLAMIQUE

Mais DAECH s’est aussi étendu en 2014-2015 vers le Caucase et surtout vers la Russie de Poutine. Qui est l’ennemi n°1 des djihadistes, le soutien de Bachar al-Assad, l’allié des chiites de Téhéran. Une Russie, et avant elle l’URSS, contre laquelle les USA ont favorisé l’expansion du djihadisme. Et avant eux le IIIe Reich nazi, parrain fondateur du radicalisme islamiste, celui des Frères musulmans, celui des islamismes caucasiens …

La rébellion terroriste islamiste dans le Caucase russe lui à prêter allégeance en juillet 2015, selon une vidéo publiée alors en ligne, alors qu’environ 2.000 Russes combattraient alors dans ses rangs en Syrie et en Irak selon les services de renseignement russes.

“Nous annonçons notre allégeance et notre obéissance au calife Ibrahim ben Awwad Ibn Ibrahim al-Qoureishi al-Husseini”, connu sous le nom d’Abou Bakr al-Baghdadi, annonçait cette vidéo mise en ligne par le principal groupe de djihadistes islamistes en Russie, le soi-disant “Émirat du Caucase”. “Nous témoignons de ce que tous les combattants du Caucase, de la wilaya (division administrative) de Tchétchénie, de Daguestan, d’Ingouchie et de Kabardino-Balkarie sont unis dans cette décision et que nous n’avons pas de désaccords”, continuait-il en russe, avec des sous-titres en arabe. Le porte-parole de l’organisation Etat islamique, Abou Mohamed al-Adnani, avait alors “félicité les soldats de l’État islamique dans le Caucase”. Abou Bakr al-Baghdadi “a accepté votre allégeance et nommé cheikh Abou Mohamad al-Qadari comme wali (gouverneur) du Caucase”, avait-il indiqué dans un enregistrement. Preuve de l’intérêt grandissant de l’EI pour la Russie, l’organisation terroriste avait lancé fin mai 2015 une version russe de son magazine officiel, intitulé ‘Istok’.

C’était la première fois que l’ensemble de la rébellion islamiste dans le Caucase russe officialisait son ralliement à l’EI, pour qui se battaient déjà 2.000 citoyens russes selon les services de renseignement. Ce ralliement intervenait alors que la Russie, à l’instar de plusieurs pays d’Europe et d’Asie centrale, connaissait une recrudescence de cas de jeunes filles partant en Syrie (le « djihad par le mariage » ou le sexe). Les autorités turques ont ainsi arrêté début juin 2015 14 Russes, dont six femmes parmi lesquelles une étudiante moscovite de 19 ans, qui tentaient d’entrer en Syrie.

UNE SEQUELLE DES GUERRES DE TCHETCHENIE

La majorité des candidats russes au jihad sont originaires des républiques du Caucase russe, notamment de Tchétchénie, théâtre d’une insurrection islamiste avec les troupes russes de 1994 à 1996, avant une seconde guerre en 1999 qui, gagnée par Moscou, a débouché ces dernières années sur le terrorisme islamiste. Les gorges du Pankissi, en Géorgie, à la frontière de la Tchétchénie, fournissent également leur lot de combattants.

QUAND DAECH PROVOQUE L’INTERVENTION MILITAIRE RUSSE EN SYRIE

En juillet 2015, j’écrivais une analyse prospective (6) qui disait ce qui suit : « DAECH s’en prend directement à l’Ours russe. Mais personne ne l’a fait sans subir la colère russe. La guerre contre DAECH va passer de la comédie américano-occidentale à une véritable guerre comme l’Armée russe la mène dans le Caucase russe depuis vingt ans, comme son allié ba’athiste syrien la conduit. Les USA ont besoin du prétexte djihadiste pour leur politique agressive, la Russie a la nécessité d’éradiquer le cancer djihadiste et ses alliés de Damas et Téhéran encore plus. Ce combat est vitaux pour eux ».

L’intervention militaire de la Russie en Syrie, répondant à la demande officielle du président syrien Bachar el-Assad d’« aide militaire » (en date du 30 septembre 2015), démarrait le jour même. Ce même jour, le Conseil de la Fédération de l’Assemblée fédérale de la Fédération de Russie approuvait l’appel du Président de la Russie, Vladimir Poutine, pour permettre l’utilisation des forces armées russes à l’étranger. Et l’intervention russe débutait  par des bombardements contre des « terroristes ». Il s’agissait de la première intervention militaire de la Russie en dehors des frontières de l’ancienne Union soviétique depuis la guerre d’Afghanistan (1979-1989) …

NOTES :

(1) Cfr. EODE-RUSSIA : DAGHESTAN : UN ATTENTAT DEVANT UNE EGLISE FAIT AU MOINS 5 MORTS

sur  https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/photos/a.322051284595963.1073741828.321184994682592/1207272966073786/?type=3

(2) Ian Jonhson , UNE MOSQUEE A MUNICH. LES NAZIS, LA CIA ET LA MONTEE DES FRERES MUSULMANS EN OCCIDENT, JC Lattès.

(3) Samuel Laurent, L’ETAT ISLAMIQUE, Seuil, Paris, 2015.

Consultant international, Samuel Laurent sillonne depuis des années les régions contrôlées par les djihadistes, et possède des contacts inégalés dans ces organisations. Il est déjà l’auteur de SAHELISTAN et d’AL-QAÏDA EN FRANCE (Seuil, 2013 et 2014).

(4) Cfr. Luc MICHEL, BOKO HARAM FAIT ALLÉGEANCE À L’ETAT ISLAMIQUE !

sur http://www.lucmichel.net/2015/03/07/lucmichel-net-alerte-rouge-boko-haram-fait-allegeance-a-letat-islamique/

(5) Ce livre est bourré de révélations et d’éclairage. C’est la première fois que toutes les facettes de l’État islamique (EI), son historique, ses structures organisationnelles, son financement, son armement ont été réunies dans un seul bouquin. Samuel Laurent raconte bien son histoire. Il a fouiné au plus proche du feu de l’action et son talent de conteur accroche le public.

(6) Luc MICHEL, DAECH AU CAUCASE ! UNE OPPORTUNITE POUR L’AFRIQUE ?, Edito spécial pour NOUVEAUX HORIZONS MAGAZINE, (Cameroun) N° 5 du 6 juillet 2015, sur http://www.eode.org/nouveaux-horizons-magazine-luc-michel-daech-au-caucase-une-opportunite-pour-lafrique/

J’y écrivais ce qui suit : « C’est une opportunité stratégique pour les états africains en lutte contre Boko Haram, devenu la succursale de DAECH en Afrique centrale. La guerre que mène la Russie et ses alliés est la même que la guerre sans concession que conduisent le Tchad et le Cameroun avec l’aide de la Guinée Equatoriale. Une guerre vitale, impérieuse. Le temps est venu d’une alliance étroite avec la Russie. Et d’en finir avec la fausse « guerre contre le terrorisme », cette tragi-comédie jouée par Washington, Paris ou encore Berlin ! »

(Sources : EODE Think-Tank – NHM magazine)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :

Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Néoeurasisme – Néopanafricanisme (Vu de Moscou et Malabo) :

PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :

WEBSITE http://www.lucmichel.net/

PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE

https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/

TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN

* EODE :

EODE-TV https://vimeo.com/eodetv

WEBSITE http://www.eode.org/

LA MENACE DE L’ISLAMISME RADICAL SUR LE CAUCASE RUSSE DANS SA PERSPECTIVE GEOPOLITIQUEultima modifica: 2018-02-19T09:49:58+01:00da davi-luciano
Reposta per primo quest’articolo

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non verrà pubblicato ma sarà visibile all'autore del blog.
I campi obbligatori sono contrassegnati *