L’APPEL DE L’EURASIE EN MARCHE : L’ADMINISTRATION TRUMP EST-ELLE EN TRAIN DE PERDRE LE PAKISTAN AU PROFIT DE PEKIN (ET DE MOSCOU) ?

 

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/

Luc MICHEL pour EODE/

Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/

2018 01 08/

ScreenHunter_649-Oct.-12-13.41

« « Les États-Unis ont bêtement donné 33 milliards de dollars d’aide au Pakistan ces quinze dernières années et ils ne nous ont rien donné en retour si ce n’est des mensonges et de la duplicité, prenant nos dirigeants pour des idiots. Ils abritent les terroristes que nous chassons en Afghanistan, sans grande aide. C’est fini ! »

tweet de Donald Trump.

Comme en Syrie, oubliez tous les discours sur la soi-disant « guerre au terrorisme ». Ce comat, vital pour Moscou ou Pékin (ou Damas et Ndjaména), n’est qu’un prétexte pour les USA de Trump ou d’Obama. Un prétexte au contrôle géopolitique et à l’ingérence politique !

Depuis que le Pakistan a choisi de rallier le corridor Chine-Afghanistan et puis de supprimer le dollar pour le yuan dans ses transactions avec la Chine, la colère américaine est montée d’un cran. Les États-Unis viennent d’annoncer la suspension d’une aide financière pour assurer la sécurité à Islamabad, présicément sous prétexte du « terrorisme ». Au Pakistan, on ne se laisse pas impressionner.

L’EURASIE EN MARCHE :

COMMENT LES CORRIDORS GÉOÉCONOMIQUES NORD-SUD ET HELSINKI-BOMBAY BOULEVERSENT LES LIGNES GEOPOLITIQUES ET LES ALLIANCES AMERICAINES ?

Avec le Corridor Nord-Sud (1), la coopération du quartet Russie-Iran-Inde-Azerbaïdjan continue. Et bouleverse les alliances géopolitiques, en attirant l’Azerbaïdjan (le A de la fameuse Alliance anti-russe du GUAM il y a dix ans : Géorgie – Ukraine – Azebaïdjan – Moldavie), mais aussi le Pakistan, considérés jusqu’alors comme des alliés proches de l’OTAN dans la région  …

* Sur les « Corridor Nord-Sud » et « Helsinki-Bombay » :

LUC MICHEL: UNIFICATION ECONOMIQUE DE L’EURASIE (DEBAT PANAFRICAIN, 10 SEPTEMBRE 2017)

sur https://vimeo.com/234324546

Russie, Iran et Azerbaïdjan se sont mis définitivement d’accord sur un corridor de transport qui bouleverse le grand jeu du Proche-Orient et en Asie centrale ! Le président russe Vladimir Poutine a souligné l’importance du projet de corridor de transport international « Nord-Sud » et affirmé que « la coopération du quartet Russie-Iran-Inde-Azerbaïdjan continuait ». Pékin l’a amplifiée vers le Pakistan …

POURQUOI  ET COMMENT L’ADMINISTRATION TRUMP TENTE DE FAIRE CHANTER ISLAMABAD ?

Ce jeudi, 4 janvier, les États-Unis ont annoncé par la voix de Heather Nauert, la porte-parole de la diplomatie, la suspension d’une aide financière sécuritaire au Pakistan, sur fond des accusations de “soutien au terrorisme contre Islamabad”. Les autorités pakistanaises avaient en effet convoqué lundi David Hale, l’ambassadeur américain au Pakistan, dans un geste de défiance total envers Washington (2). Heather Nauert a fait savoir que l’argent suspendu pourrait être rétabli si « le gouvernement pakistanais prenait une action décisive contre les talibans afghans et le réseau Haqqani » (3). La diplomate américaine n’a pas précisé le montant de la suspension annoncée ce jeudi.

Trump qui a ouvert dès le 1er janvier un conflit avec le Pakistan avait réitéré lundi dernier sur Twitter ses accusations contre le Pakistan écrivant « qu’Islamabad continue d’abriter les terroristes contre lesquels les États-Unis luttent en Afghanistan ». Or le Pakistan a rapidement répondu via son ministre de la Défense, Khurram Dastgir-Khan, en soulignant qu’il avait aidé les Etats-Unis à « décimer Al-Qaïda » pour n’obtenir en retour que « des invectives et de la méfiance », via son ministre de la Défense.

Mais pourquoi s’en prendre à Islamabad?

Alors que les Etats-Unis continuent à déployer de nouveaux contingents en Afghanistan, au contraire de la promesse de campagne de Trump, des contacts noués entre la Russie et les Taliban et ce, pour contrer la montée en puissance de Daech embarrassent gravement Washington. « Après la défaite de Daech en Syrie et en Irak, la prochaine étape du plan américain consiste à faire de l’Afghanistan, situé aux portes de l’Iran et de la Russie, un second nid pour les terroristes de Daech », commente un expert iranien. « Or les talibans afghans voire le réseau Haqqani pourraient contrer cette montée en puissance. Washington est inquiet de voir le Pakistan participer du côté de la Russie et de l’Iran à la lutte contre Daech en Afghanistan ».

L’EURASIE EN MARCHE :

QUAND LE PAKISTAN SUPPRIME LE DOLLAR !

En réponse directe à Trump, la banque centrale du Pakistan a donné son feu vert à l’utilisation du yuan chinois pour le commerce bilatéral, garantissant que les importations, les exportations et les transactions financières pourront être libellées dans cette devise. La banque centrale du Pakistan a émis un communiqué dans lequel elle a annoncé « la suppression du dollar et l’utilisation du yuan chinois pour le commerce avec d’autres pays ».

Selon l’agence de presse iranienne ‘Fars’, « suite aux frictions diplomatiques entre Donald Trump et le Pakistan sur Twitter et les menaces du président américain d’annuler l’aide financière US à Islamabad, la banque centrale du Pakistan a autorisé l’emploi du yuan chinois à la place du dollar pour le commerce avec l’étranger ». « Conformément aux règlements en vigueur au Pakistan, le yuan est désormais considéré au même titre que d’autres devises internationales telles que le dollar américain, l’euro et le yen japonais », peut-on lire dans ce communiqué.

Les experts économiques de l’OCS (Organisation de Coopération de Shanghai) ont qualifié de « bonne nouvelle » l’autorisation par la banque centrale pakistanaise de remplacer le dollar US par le yuan chinois en 2018, ce qui aiderait à la baisse du prix du dollar. Actuellement, la banque centrale chinoise a signé des traités monétaires bilatéraux avec de nombreux pays dont le Pakistan.

Suite aux accusations anti-pakistanaises de Trump, la Chine et la Russie ont affiché leur soutien diplomatique à Islamabad.

Tout en accusant les déclarations du président américain, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a souligné que le Pakistan avait beaucoup sacrifié pour la lutte contre le terrorisme qu’il ne faut pas oublier. Le Pakistan coopère avec d’autres pays en matière de sécurité et d’économie sur la base du respect mutuel.

L’ARMEE AMERICAINE REFLECHIT A SES OPTIONS EN CAS DE REPRESAILLES DU PAKISTAN

Le Pentagone réfléchit actuellement aux options possibles pour ravitailler ses forces en Afghanistan en cas de représailles du Pakistan après le gel de l’aide militaire américaine à Islamabad, accusé par Washington de « laxisme dans la lutte anti-terroriste ».

Les Etats-Unis ont donc annoncé « qu’ils pourraient suspendre jusqu’à 2 milliards de dollars d’aide, convaincus de la duplicité du Pakistan qui serait trop complaisant à l’égard de groupes insurgés comme les talibans afghans ou leurs alliés du réseau Haqqani ». Le Pentagone a toutefois souligné que « la situation pourrait évoluer si Islamabad envoyait des signaux tangibles d’un changement d’approche ».

Mais des responsables politiques pakistanais ont appelé « leur gouvernement à prendre des mesures de rétorsion ». « Nous devons refuser que les Etats-Unis utilisent les installations que nous leur fournissons gratuitement », a lancé le dirigeant de l’opposition Imran Khan.

Pour Washington, qui combat depuis 16 ans en Afghanistan, le plus gros risque serait la fermeture par le Pakistan de ses frontières et du port de Karachi, ce qui empêcherait le ravitaillement des forces américaines en nourriture, biens et équipements, comme cela s’était déjà produit en 2011. A l’époque, Islamabad avait réagi à une série d’incidents diplomatiques avec Washington, notamment l’opération secrète américaine qui avait tué Oussama ben Laden dans la ville-garnison pakistanaise d’Abbottabad, sans avertir les autorités, l’Armée et surtout l’ISI (services secrets unifiés de l’Armée pakistanaise). Les forces de l’Otan sous commandement américain étaient alors passées par une base aérienne au Kirghizstan (dont le gouvernement s’est aujourd’hui réaligné sur Moscou) et par une voie terrestre traversant la Russie, l’Asie centrale et le Caucase. Des routes plus longues et plus chères.

Pour Christine Fair, spécialiste de l’Asie du sud à l’université de Georgetown, « c’est la fermeture de l’espace aérien pakistanais aux avions cargo américains qui deviendrait un énorme problème ». Car la base aérienne au Kirghizstan a été fermée en 2014, et « l’accès aux pays d’Asie centrale pourrait être plus difficile en raison des relations tendues entre Washington et Moscou ».

Des responsables américains assurent toutefois avoir mis en place une chaîne de ravitaillement « flexible et régulière ». « Dans le cadre de la planification militaire, nous avons développé de nombreux plans de continuité pour poursuivre notre mission d’entraînement, de conseil et d’assistance aux forces afghanes sur les théâtres d’opérations », affirme ainsi à l’AFP le lieutenant-colonel Kone Faulkner. Le ministre de la Défense Jim Mattis s’est dit également « pas inquiet d’un éventuel blocage des ravitaillements ». L’un des options, selon un responsable du Pentagone, serait d’affréter des vols commerciaux.

« La question est de savoir pendant combien de temps les Etats-Unis pourrait financer ce surcoût », admet-il toutefois à l’AFP. « Si c’est une question de semaines ou de mois, on pourrait gérer avec des solutions temporaires, dit-il, même si un embargo à long terme demanderait des solutions plus pratiques beaucoup plus onéreuses ».

Mme Fair estime que « les Etats-Unis doivent faire passer un message clair, alors que, selon elle, le Pakistan est responsable de la majorité des morts d’Américains aux mains des talibans en Afghanistan ». « Ils prennent notre argent d’une main et le donnent aux talibans de l’autre », dit-elle. « On ne peut pas gagner une guerre quand le pays sur lequel vous dépendez pour le ravitaillement sape vos efforts », assure-t-elle.

TRUMP L’HOMME QUI TWEETE PLUS VITE QUE SON OMBRE :

LES ETATS-UNIS ONT IMMEDIATEMENT SUSPENDU L’ASSISTANCE SECURITAIRE AU PAKISTAN !

Les Etats-Unis ont annoncé dès jeudi la suspension de leur assistance sécuritaire aux forces pakistanaises, auxquelles ils ont réclamé une « action décisive » contre les factions talibanes établies dans ce pays théoriquement allié de l’Amérique dans sa lutte contre le terrorisme.

La porte-parole de la diplomatie américaine, Heather Nauert, n’a pas précisé le montant de l’aide ainsi gelée, mais a indiqué que « ces sommes s’ajoutent aux 255 millions de dollars d’aide militaire déjà suspendue ». « Nous confirmons que nous suspendons l’assistance sécuritaire au Pakistan à ce stade », a affirmé Mme Nauert dans son communiqué. « Jusqu’à ce que le gouvernement pakistanais prenne une action décisive contre les talibans afghans et le réseau Haqqani – nous considérons que (ces derniers) déstabilisent la région et visent le personnel américain (au Pakistan) -, les Etats-Unis vont suspendre ce type d’assistance sécuritaire », a ajouté la représentante du Département d’Etat.

Cette décision intervient quelques jours après les menaces du président Donald Trump, qui avait évoqué dans des termes très durs la possibilité de couper les financements en la matière, provoquant la colère d’Islamabad.

Une décision peu réfléchie, qui met à mal des décennies d’alliance avec le Pakistan. A Moscou, mais surtout à Pékin, on se frotte les mains …

NOTES :

(1) Cfr. sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ GEOECONOMIE & EURASIE : LE CORRIDOR NORD-SUD BOULEVERSE LES ALLIANCES GEOPOLITIQUES ET LE ‘GRAND JEU’ DU PROCHE-ORIENT …

sur http://www.lucmichel.net/2017/09/08/luc-michels-geopolitical-daily-geoeconomie-eurasie-le-corridor-nord-sud-bouleverse-les-alliances-geopolitiques-et-le-grand-jeu-du-proche-orient/

(2) Lire sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ ISLAMISMES RADICAUX. ETAT DES LIEUX (I): LE PAKISTAN SOUS INFLUENCES ISLAMISTES

sur http://www.lucmichel.net/2017/12/02/luc-michels-geopolitical-daily-islamismes-radicaux-etat-des-lieux-i-le-pakistan-sous-influences-islamistes/

Et : SCHYZOPHRENIE PAKISTANAISE (II): LE TROUBLE JEU D’ISLAMABAD. LE CAS EXEMPLAIRE DE L’ASSASSINAT DE BENAZIR BHUTTO

sur http://www.lucmichel.net/2018/01/03/luc-michels-geopolitical-daily-schyzophrenie-pakistanaise-ii-le-trouble-jeu-dislamabad-le-cas-exemplaire-de-lassassinat-de-benazir-bhutto/

(3) Voir LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ DJIHADISMES : LA NOUVELLE MENACE DU RESEAU HAQQANI, ALLIE DES TALIBANS EN AFGHANISTAN …

sur http://www.lucmichel.net/2017/10/22/luc-michels-geopolitical-daily-djihadismes-la-nouvelle-menace-du-reseau-haqqani-allie-des-talibans-en-afghanistan/

(Sources : AFP – Fars – Reuters – EODE Think-Tank – PCN-TV)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

* PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :

WEBSITE http://www.lucmichel.net/

PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE

https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/

TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN

* EODE :

EODE-TV https://vimeo.com/eodetv

WEBSITE http://www.eode.org/

L’APPEL DE L’EURASIE EN MARCHE : L’ADMINISTRATION TRUMP EST-ELLE EN TRAIN DE PERDRE LE PAKISTAN AU PROFIT DE PEKIN (ET DE MOSCOU) ?ultima modifica: 2018-01-20T08:00:43+01:00da davi-luciano
Reposta per primo quest’articolo

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non verrà pubblicato ma sarà visibile all'autore del blog.
I campi obbligatori sono contrassegnati *