SOFT POWER (I): LA GUERRE MEDITIATIQUE CONTRE LA RUSSIE ET LE ‘SOFT POWER’ RUSSE ET LA RIPOSTE DE MOSCOU

 

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/

Luc MICHEL pour EODE/

Flash géopolitique – Geopolitical Daily/

2017 11 15/

LM.GEOPOL - SOFT POWER I russie guerre mediatique (2017 11 15) FR 1

« Les instruments de diplomatie publique sont destinés à des audiences étrangères, afin de les influencer en propageant une certaine vision du monde (“objective”, “alternative”…), en soutenant un agenda politique précis (vision d’un monde multipolaire), en diffusant des valeurs données (liberté d’expression, droits de l’homme, valeurs “traditionnelles”…), ou en tentant d’améliorer l’image du pays émetteur. Sur ce point formel, RT rejoint dans l’espace médiatique international les grands médias transnationaux que sont BBC World, Al Jazeera, Voice of America, CNN International, CGTN (Chine), France 24 ou la Deutsche Welle »

– Maxime Audinet (doctorant spécialiste du soft power russe, Les Inrocks).

« La création et le soutien d’ONG qui (…) défendent les intérêts d’États étrangers ainsi que l’implantation d’enseignants occidentaux dans le système éducatif (…) menacent sérieusement la souveraineté de la Russie (…) L’ingérence dans les affaires intérieures de la Russie ne se fait pas uniquement via une propagande directe, effectuée par des médias comme Radio Svoboda (financée par Washington, ndlr), mais aussi avec des programmes éducatifs impliquant des journalistes russes

– Rapport de la Commission pour la protection de l’indépendance nationale du Conseil de la Fédération de Russie.

On parle beaucoup du “soft power” ces jours derniers, à propos de l’ouverture du Louvre à Abou Dabi (sur laquelle je reviendrai dans une prochaine analyse). Occasion de beaucoup de contre-sens sur ce même Soft power, que l’on oppose au hard power et à la géopolitique agressive. Comme si ce “soft power” n’était que le « pouvoir d’influence sans recours à la force » (dixit le Monde). C’est oublier que le “soft power”, conçu initialement par et pour l’Impérialisme américain, a aussi pour dimensions la Guerre culturelle et la guerre médiatique, et qu’il accompagne les fameuses « révolutions de couleur ». Tout le discours de propagande actuel sur la soi-disant « ingérence russe » n’a qu’un double but : dissimuler des décennies d’agressions médiatiques américaines et d’autre part, précisément, de conter les succès du « soft power russe ». On est bien conscient à Moscou, où on organise la riposte à l’agression américano-occidentale …

ANATOMIE DU SOFT POWER RUSSE

Voir mon Entretien à bâtons rompus accordé le 13 mai 2017 à une étudiante de l’ULB (Université libre de Bruxelles), Jekaterina J., pour son mémoire sur « le soft power russe » :

* Sur EODE-TV/ LUC MICHEL:

A BATONS ROMPUS SUR LE ‘SOFT POWER RUSSE’ ET LA ‘DIPLOMATIE PARALLELE’ D’EODE – (SOFT POWER PARTIE 1)

sur https://vimeo.com/242079030

* Sur EODE-TV/ LUC MICHEL:

A BATONS ROMPUS SUR LE ‘SOFT POWER RUSSE’ ET LA ‘DIPLOMATIE PARALLELE’ D’EODE – (SOFT POWER PARTIE 2)

sur https://vimeo.com/242637227

RUSSIE: LA ‘LOI DE RIPOSTE SUR LES MEDIAS ETRANGERS’ VOTEE CE MERCREDI

Les députés russes ont voté ce mercredi une loi permettant à tout média international opérant en Russie d’être désigné comme “agent de l’étranger”, riposte à l’enregistrement sous cette désignation de sa chaîne RT aux Etats-Unis, a indiqué mardi un responsable parlementaire. “Le texte de loi ne comporte aucune liste (de médias visés, ndlr), il donne la possibilité au pouvoir exécutif de considérer comme agents de l’étranger les médias qui reçoivent des financements de l’étranger”, a expliqué le vice-président de la Douma, la chambre basse du Parlement russe, Piotr Tolstoï, sur la chaîne publique Rossia-24.

Formellement, les députés amenderont une loi datant de 2012, qui ne concerne jusqu’à présent que les ONG, pour qu’elle puisse s’appliquer aux médias. La décision de déterminer quels médias, américains ou d’autres pays, devront s’enregistrer en tant qu'”agent de l’étranger” revenant au ministère russe de la Justice. Ces amendements ont été adoptés en deuxième et troisième lecture mercredi, selon M. Tolstoï. Ils seront ensuite envoyés au Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement, pour être validés, ce qui relève généralement de la formalité. Enfin, Vladimir Poutine devra les promulguer.

Des parlementaires ont estimé que la nouvelle loi pourrait s’appliquer aux fleurons de la guerre médiatique atlantiste :  Voice of America et Radio Free Europe/Radio Liberty, deux radios financées par le Congrès américain, voire aux chaînes américaine CNN ou allemande Deutsche Welle (la propagandastaffel de Berlin).

La loi de 2012 sur les “agents de l’étranger” oblige déjà les organisations non gouvernementales bénéficiant d’un financement de l’étranger et ayant une “activité politique” – une formule aux contours flous – à s’enregistrer sous cette dénomination controversée, qui rappelle celle utilisée par les USA depuis les Années 50 pour qualifier les communistes. Une autre loi, votée en 2015 et qui complète la première, permet de qualifier d'”indésirables” des organisations étrangères actives en Russie. Elles peuvent ensuite être interdites, qu’il s’agisse d’ONG, de fondations ou d’entreprises.

Plusieurs ONG ont dû renoncer, depuis l’adoption de ces deux lois en Russie, à un financement étranger qui leur était indispensable, tandis que d’autres ont cessé leurs activités.

La plupart étaient les fourriers d’une « révolution orange » en Russie.

LA RIPOSTE AUX LOIS AMERICAINES

La chaîne de télévision RT, contrôlée par l’Etat russe, a annoncé lundi s’être pliée aux exigences des autorités américaines en se soumettant à la loi dite FARA (Foreign agents registration act), qui oblige toute société représentant un pays ou une organisation étrangère à rendre régulièrement des comptes aux autorités américaines concernant ses relations avec cet Etat ou cette institution sous peine de voir ses comptes gelés. Ces exigences avaient provoqué la colère de Moscou, le président Vladimir Poutine dénonçant une “attaque contre la liberté d’expression” qui appellerait une “riposte adéquate et similaire”.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a répété mardi que les représailles russes seraient “rapides et réciproques”. Les mesures prises par Washington contre RT “montrent les projets de nos partenaires d’outre-atlantique (sic), dont l’objectif est d’interférer de manière grossière dans nos affaires internes, de contenir la Russie et au final de provoquer un changement de régime”, a dénoncé le sénateur pro-Kremlin Andreï Klimov lors d’une conférence de presse à Moscou.

Selon RT, qui émet en plusieurs langues, « le ministère américain de la Justice lui a demandé de se soumettre à la loi dite FARA » (Foreign agents registration act), obligeant toute société représentant un pays ou une organisation étrangère à rendre régulièrement des comptes aux autorités américaines concernant ses relations avec cet Etat ou cette institution.

« L’OCCIDENT MENACE LA SOUVERAINETE DE LA RUSSIE », SELON UN RAPPORT RUSSE

« L’Occident finance des ONG russes, incite les jeunes à manifester et discrédite l’État russe via les médias », dénonçait ce 11 octobre dans un rapport la chambre haute du Parlement russe qui estime « la souveraineté de la Russie menacée ». Au cœur du Rapport, la guerre culturelle et le ‘soft power’ des USA.

« La création et le soutien d’ONG qui (…) défendent les intérêts d’États étrangers ainsi que l’implantation d’enseignants occidentaux dans le système éducatif (…) menacent sérieusement la souveraineté » de la Russie, estime ce rapport de la Commission pour la protection de l’indépendance nationale du Conseil de la Fédération. Cette commission, créée en juin dernier, estime par ailleurs que “l’engagement des jeunes dans des actions de protestation”, incitées par l’Occident selon le rapport, constitue aussi une menace, de même que « les médias et les réseaux sociaux qui discréditent » la Russie et l’Église Orthodoxe russe. « L’ingérence dans les affaires intérieures de la Russie ne se fait pas uniquement via une propagande directe, effectuée par des médias comme Radio Svoboda (financée par Washington, ndlr), mais aussi avec des programmes éducatifs impliquant des journalistes russes » ou via « la formation de cadres politiques russes à l’étranger », poursuit ce rapport.

En 2016, l’antenne russe du mouvement politique ‘Open Russia’ (Russie ouverte), financée par l’opposant en exil en Europe et ex-oligarque Mikhaïl Khodorkovski (sur le modèle des ‘Opezn Society’ de Georges Sorös, auquelle elle est liée), « a investi plus d’un million de dollars (…) dans la campagne électorale et les manifestations non-autorisées de l’opposition », affirme la Commission.

« Les autorités américaines et leurs satellites de l’OTAN » (notamment les « vitrines légales de la CIA » et les Fondations atlantistes allemandes, Frierdrich Ebert Stiftung et cie) sont montrés du doigt par cette Commission, dirigée par le vice-président de la Commission des affaires étrangères du Conseil de la Fédération, Andreï Klimov, et créée en réponse aux accusations de Washington sur « l’ingérence russe dans l’élection présidentielle américaine ».

Le rapport préconise d’interdire toutes les activités d’ONG financées depuis l’étranger, à l’exception de celles qui sont coordonnées avec l’État russe. Cette recommandation intervient alors qu’une loi votée en 2012 oblige déjà les ONG bénéficiant d’un financement de l’étranger et ayant une “activité politique”, un concept très flou, à s’enregistrer comme “agent de l’étranger”. Une autre loi, votée en 2015 et qui complète la première, permet de désigner des organisations étrangères actives en Russie comme “indésirables”. Plusieurs organisations, principalement américaines, ont été déclarées “indésirables” et plus d’une centaine d’autres ont été désignées “agents de l’étranger”, selon les données du ministère russe de la Justice.

La Russie a donc en outre adopté une Loi visant les médias américains opérant sur son territoire de leur imposer de nouvelles restrictions en réponse aux plaintes de la chaîne de télévision russe RT, qui estime que ses activités sont entravées aux Etats-Unis.

(Sources : PCN-SPO – AFP – Tass – EODE Think-Tank)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

* PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :

WEBSITE http://www.lucmichel.net/

PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE

https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/

TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN

* EODE :

EODE-TV https://vimeo.com/eodetv

WEBSITE http://www.eode.org/

SOFT POWER (I): LA GUERRE MEDITIATIQUE CONTRE LA RUSSIE ET LE ‘SOFT POWER’ RUSSE ET LA RIPOSTE DE MOSCOUultima modifica: 2017-11-26T08:35:29+01:00da davi-luciano
Reposta per primo quest’articolo

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non verrà pubblicato ma sarà visibile all'autore del blog.
I campi obbligatori sono contrassegnati *