REFLEXIONS SUR LES SANCTIONS ANTI-RUSSES ET LES SANCTIONS RUSSES ANTI-UE EN REACTION …

LM & KH pour PCN-INFO / Avec RIA Novosti/ 2014 12 30/

http://www.scoop.it/t/pcn-spo

https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

PIH - LM & KH reflexions sur les sanctions (2014 12 30) FR 1

Partons d’un exemple belge …

100.000 tonnes ou 4.000 camions semi-remorques de pommes et poires belges ne seront pas livrés à la RUSSIE en 2014-2015 (nous apprend la RTBF), une Russie qui achetais 4 pommes ou poires belges sur 10 produites. En raison du contre-embargo russe en réaction aux sanctions anti-russes de l’UE ordonnées par Washington à Bruxelles.

L’UE et le gouvernement belge vont donner des subsides pour DETRUIRE les stocks invendus. Ce qui couvrira la moitié seulement des pertes des producteurs.

A la clé faillites et pertes d’emploi.

 FRANCE: «RUDE IMPACT» DE L’EMBARGO RUSSE (FNSEA)

Même son de cloche à Paris …

“L’embargo décrété par la Russie sur certains produits alimentaires européens en représailles aux sanctions imposées par Bruxelles a causé un préjudice considérable à l’agriculture française”, estime Xavier Beulin, président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA).

L’embargo décrété par la Russie sur certains produits alimentaires européens en représailles aux sanctions imposées par Bruxelles a causé un préjudice considérable à l’agriculture française, estime Xavier Beulin, président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA).

“L’impact de l’embargo russe est rude. C’est un conflit diplomatique dont les conséquences économiques sont graves pour le monde paysan. La Russie représente 10 % des exportations totales agricoles européennes. C’est un volume important, qui s’est évaporé en pertes sèches pour beaucoup de producteurs”, a déclaré M. Beulin dans une interview à La Croix.

Selon le quotidien, en 2013, la France a exporté vers la Russie des produits agroalimentaires pour 750 millions d’euros.

“Les secteurs les plus touchés sont ceux des fruits et légumes, des viandes et des produits laitiers. Le premier marché s’est écroulé rapidement, du fait de la nature périssable des produits. Les maraîchers français ont accumulé les stocks, comme beaucoup de collègues européens. Ces volumes ont saturé le marché communautaire, causant la chute des prix”, a indiqué l’expert.

 LES PRODUITS INTERDITS A L’IMPORTATION EN RUSSIE

 PIH - LM & KH reflexions sur les sanctions (2014 12 30) FR 2

Il a déclaré avoir écrit une lettre à François Hollande, rencontré à deux reprises l’ambassadeur russe à Paris et appelé l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à prendre les mesures nécessaires pour remédier à la situation, car l’embargo russe enfreint, selon lui, les normes internationales.”Mais pour le moment, je ne vois aucune perspective de sortie de crise”, a constaté M. Beulin.

D’après lui, les producteurs agricoles se sont mobilisés pour trouver des marchés alternatifs, mais ils n’arrivent pas pour le moment à le faire pour différentes raisons.”Aujourd’hui, une seule politique peut nous sortir de l’impasse : rétablir des relations commerciales avec la Russie ! Je ne peux pas imaginer un futur proche sans la Russie”, a conclu le président de la FNSEA.

 FRANCE : L’EMBARGO RUSSE PROVOQUE LA FAILLITE D’UN ABATTOIR

 Autre exemple français …

Les six cents salariés des abattoirs AIM dans la Manche passent un mauvais Noël, la direction ayant annoncé le 23 décembre qu’elle ne pouvait pas payer les salaires et le treizième mois, rapporte la presse régionale. Alors que les abattoirs traversaient des difficultés structurelles, l’embargo de la Russie a accéléré les problèmes, selon des sources internes à l’entreprise.

La décision prise en août par Moscou a placé l’ensemble du monde agricole français dans la tourmente. En 2013, la France a expédié un milliard d’euros de produits agroalimentaires vers la Russie.

“L’impact de l’embargo russe est rude. C’est un conflit diplomatique, dont les conséquences économiques sont graves pour le monde paysan. La Russie représente 10% des exportations totales agricoles européennes. C’est un volume important, qui s’est évaporé en pertes sèches pour beaucoup de producteurs”, a expliqué Xavier Beulin, président de la fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles, cité par le journal la Croix.

Le groupe AIM occupe une position ultra-dominante pour la filière porcine normande. Il compte 550 éleveurs et traite 92 % de la production. En 2013, AIM a abattu 81.000 tonnes de bétail, des porcs à 81 %, pour un chiffre d’affaires de 247 millions d’euros.

 Trois exemples (parmi des milliers dans toute l’UE) de la stupidité criminelle des sanctions de l’UE, qui s’est elle-même tirée une balle dans le pied …

 LM & KH

_________________________

http://www.scoop.it/t/pcn-spo

https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

REFLEXIONS SUR LES SANCTIONS ANTI-RUSSES ET LES SANCTIONS RUSSES ANTI-UE EN REACTION …ultima modifica: 2014-12-31T17:28:53+01:00da davi-luciano
Reposta per primo quest’articolo

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non verrà pubblicato ma sarà visibile all'autore del blog.
I campi obbligatori sono contrassegnati *