A Roma, Arci Garbatella, Fulvio Grimaldi con il nuovo docufilm “Fronte Italia”

FULVIO GRIMALDI PRESENTA AL CIRCOLO ARCI DELLA GARBATELLA, ROMA, VIA PULLINO 1, venerdì 6 giugno,  ORE 20.15. IL DOCUFILM
FRONTE ITALIA-PARTIGIANI DEL 2000 – Dai No Tav ai No Muos, tutti i No della Resistenza
Fronte copert.2

Clamoroso! Expo e nucleare, il governo ammette: nessun controllo su Saluggia!

Parlamento / 21 ora(e) fa

Cosa importa se la magistratura ha scoperchiato la cupola delle tangenti di Expo che porta fino agli impianti di Saluggia? Per il governo, ogni controllo su quell’opera strategica per la sicurezza nazionale è inutile. Basta l’auto-controllo della Sogin, che è però proprio la società che ha l’appalto per costruire il deposito. Non è uno scherzo, è quanto ci ha risposto il sottosegretario del ministero per lo Sviluppo economico Claudio De Vincenti all’interpellanza presentata in aula ieri pomeriggio dal portavoce M5S Mirko Busto. E così il governo nulla può fare per controllare i subappalti in odore di mazzette e soprattutto assicurarsi che il Cemex, che servirà per la solidificazione dei rifiuti nucleari liquidi di Eurex, sia realizzato senza infiltrazioni malavitose. Secondo le indagini della magistratura sull’Expo all’imprenditore vicentino Enrico Maltauro, vincitore della gara per il Cemex, la cosiddetta cupola dell’Expo avrebbe chiesto l’1,5% del valore dell’appalto, cioè circa un milione e 350 mila euro, di cui 600 mila effettivamente versati. L’imprenditore, sempre stando alle notizie dell’inchiesta ancora in corso, avrebbe promesso altri 600 mila euro in cambio dell’appalto Architetture di servizi per Expo 2015. Nell’insieme un giro di denaro che supera i due milioni di euro. Noi Siamo preoccupati per la torta più grande: il deposito unico delle scorie nazionali che in teoria entro il 2025 dovrebbe contenere 90 mila metri cubi di rifiuti radioattivi. Abbiamo chiesto al governo di verificare la reale capacità e professionalità della cordata Malturo-Saipem incaricate di effettuare il lavoro Cemex. La risposta? Una difesa a spada tratta non solo della Sogin, controllata proprio dallo stesso Ministero, ma anche delle stesse aziende che “hanno una storia industriale di rilievo”. Insomma una difesa d’ufficio senza nemmeno predisporre le necessarie garanzie a tutela dei cittadini. Una presunzione di non colpevolezza che, se in un procedimento giudiziario è atto dovuto, quando si parla di appalti pubblici, soldi della collettività e sicurezza nazionale non possono assolutamente essere dati per scontato.
Visita sito web

il film “LA VALLE INCATENATA” su youtube è stato bloccato in tutto il mondo.

evidentemente ha dato un lieve prurito di fastidio a qualcuno… 

forse perchè racconta la verità in modo sereno, piacevolo da vedere

 il film è stato interamente girato in valle di Susa, da attori improvvisati di valle ed a costo pressochè zero, e racconta in tono leggero e allegro (ma molto chiaro) la storia del progetto tav torino-lione nella sua assurdità

 questa ingenua censura ci fa un solletichino.

il film è disponibile gratuitamente a questo link:  http://www.noinfo.it/vi/

 è un buon momento per vederlo e DIFFONDERLO

 grazie

BACHAR AL-ASSAD, DE LA VICTOIRE MILITAIRE A LA VICTOIRE POLITIQUE

Luc MICHEL pour Syria Committees – Comités Syrie/

Avec SANA – Al Watan – AFP/ 2014 05 31 / http://www.eode.org/

https://www.facebook.com/EODE.org SYRIA - Syrie Bachar vainqueur (2014 06 01) FR 1

Le président syrien Bachar al-Assad, assuré de remporter la présidentielle du 3 juin, est convaincu à juste titre d’avoir sauvé sa Syrie ba’athiste face à une rébellion et à des pays occidentaux comme arabes – qui ont organisé et financé cette même rébellion – exigeant son départ. “Il est persuadé que malgré la houle, il est le seul chef d’Etat arabe à être resté à la barre et il veut montrer en organisant ce scrutin en temps et en heure qu’il est le garant des institutions que ses adversaires veulent détruire”, explique à l’AFP l’un de ses collaborateurs.

 Agé de 48 ans, cet ophtalmologue de formation, conduit par la mort prématurée de son frère aîné à mener une vie politique, et qui a succédé en 2000 à son père Hafez, mort après avoir dirigé pendant 30 ans la Syrie, a maintes fois dit qu’il ne lâcherait pas prise, quel qu’en soit le prix.

 Face à une révolte organisée en par les Occidentaux mars 2011 dans le sillage du scénario US dit du « Printemps arabe », celui qui était un “moderniste” a du mener une guerre épuisante sur tous les fronts. Au fil de cette révolte qui s’est complètement militarisée, et qui a aussi débouché sur un terrorisme sanglant importé de l’étranger, faisant plus 162.000 morts, son caractère fort s’est affirmé.

 « D’un abord courtois et décontracté, il affiche derrière son sourire une détermination inébranlable et une volonté implacable d’écraser la rébellion » (dit l’AFP) qu’il assimile avec raison à des « groupes terroristes manipulés » par l’étranger. Secrétaire-général du Ba’ath, le Parti de la renaissance arabe, il voit la révolte comme un complot ourdi par l’Occident et les pays du Golfe pour briser la “chaîne de la résistance” contre Israël, dont il est un des maillons essentiels.

 « FUIR N’EST PAS UNE OPTION »

« Fuir n’est pas une option (…). Je dois être aux premiers rangs des défenseurs de la patrie. C’était mon seul scénario depuis de le début de la crise », a confié en janvier à l’AFP le Président. Assad qui, malgré la guerre et le danger terroriste omniprésent (il faut avoir été à Damas, comme je l’ai fait en juin 2013, pour comprendre), vit à Damas avec sa femme et ses trois enfants.

« Même fin août 2013, alors qu’il fait face à la menace d’une intervention militaire étrangère en Syrie, il peaufine une image de sérénité lorsqu’il reçoit les journalistes étrangers » écrit avec dépit l’AFP. L’un de ses conseillers assure que M. Assad n’a jamais douté de sa victoire. “Il m’a remonté le moral à plusieurs reprises et m’a assuré qu’au bout de la route se trouvait la victoire”. Mideast Syria

ASSAD EN POSITION DE FORCE,

APPUYE SUR L’AXE GEOPOLITIQUE DAMAS-TEHERAN ET LE SOUTIEN RUSSE

 Pour Volker Perthes, directeur de l’Institut allemand international et de sécurité, « il est clair qu’il a consolidé sa position et ces élections ont lieu pour démontrer qu’il tient bien les régions sous son contrôle ». « Bachar veut prouver qu’il est l’alternative politique et qu’il est capable de rétablir l’ordre et la légalité », assure Souhail Belhadj.

 Cette élection, théoriquement la première depuis plus d’un demi-siècle, a été qualifiée de “farce” par l’opposition et l’Occident – les mêmes qui ont avalisé la comédie des élections afghanes et le théâtre électoral de Kiev -, et critiquée par le secrétaire général de l’ONU, dont on connaît le tropisme occidental. Mais le président syrien croit que cette consultation arrive au bon moment, en expliquant qu’il y a « un tournant dans la crise au niveau militaire ainsi qu’au niveau politique » avec des accords sécuritaires ponctuels entre rebelles non-djihadistes et armée.

 Bachar al-Assad a suivi les traces de son père. Il s’est appuyé sur les alliances nouées par Hafez avec la Russie (alors  l’URSS) dès les années 1970, avec l’Iran dans les années 1980, et avec le puissant mouvement chiite libanais Hezbollah. « Aujourd’hui, il récolte les fruits de ces alliances » assure Souhail Belhadj, chercheur à l’Institut des hautes études internationale et du développement à Genève.

 BACHAR AL-ASSAD ASSURE DE SA REELECTION

 Les régions sous contrôle du gouvernement en Syrie s’apprêtent à réélire Bachar al-Assad, alors que la guerre civile importée de l’étranger « semble tourner à son avantage face à des rebelles qui se déchirent et une communauté internationale très divisée » (dixit l’AFP).

 Confronté à deux concurrents, le député indépendant Maher al-Hajjar et l’homme d’affaires ayant appartenu à l’opposition patriotique intérieure Hassan al-Nouri, Assad est certain de l’emporter dans les régions tenues par l’armée. Aucun candidat de l’opposition n’est en lice, pour ce qui est théoriquement la première présidentielle depuis plus de 50 ans en Syrie. Bachar et son père Hafez, qui a dirigé le pays d’une main de fer de 1970 à 2000, avaient été désignés par référendum.

 Théoriquement, tous les Syriens âgés de 18 ans et plus sont appelés à voter, y compris les 7 millions de déplacés par la guerre à l’intérieur du pays. Mais dans les faits l’affaire se révèle plus compliquée. « Les élections se dérouleront dans toutes les villes syriennes, à l’exception de Raqa », ville martyre entièrement tenue par les jihadistes ultra-radicaux de l’Etat islamique d’Irak et du Levant (EIIL), a affirmé à l’AFP Majed Khadra, porte-parole de la Cour constitutionnelle.

 « Le scrutin se déroulera dans 40% du territoire, où vivent 60% de la population », selon le géographe français spécialiste de la Syrie et anti-Assad comme toute l’Université française, Fabrice Balanche. En fait plus de 50% du territoire, toutes les grandes villes sauf Raqa, et près de 70% des Syriens.

 QUAND LE VOTE DES SYRIENS DE L’ETRANGER FAIT PEUR AUX OCCIDENTAUX

 Quant aux Syriens se trouvant à l’étranger, seuls 200.000 des 3 millions de réfugiés ou d’expatriés sont inscrits sur les listes électorales dans 39 ambassades, où le vote était prévu mercredi, selon une source au ministère des Affaires étrangères citée par le quotidien Al-Watan. “Il s’agit d’un chiffre relativement acceptable, si nous tenons compte du fait que la France, l’Allemagne et la Belgique ont interdit aux citoyens syriens” de voter, selon la même source.

 Les opposants qualifient ce scrutin de “farce”. Mais les réfugiés syriens dans de nombreux pays sont venus massivement voter Assad ce mercredi, sans contrainte évidemment. Devant cette gifle annoncée aux occidentaux, la France, l’Allemagne et la Belgique, mais aussi la Tunisie, ont interdit le vote dans leur pays, paniquant devant ce qui est incontestablement un plébiscite pour Assad.

 Ainsi l’exemple du Liban, terrible gifle pour les Occidentaux : « Beyrouth a vécu au rythme de l’élection présidentielle syrienne ce mercredi 28 mai, journée consacrée au vote des Syriens installés à l’étranger. Dans un phénomène inattendu, des milliers de ressortissants syriens ont afflué vers l’ambassade de leur pays, à Yarzé, au sud-est de la capitale libanaise, provoquant un embouteillage monstre, qui a totalement bloqué la circulation », commente RFI.

 Ce scrutin, dénoncé par l’Occident et des pays arabes qui organisent directement la guerre et le terrorisme en Syrie, mais appuyé par Moscou et Téhéran, alliés indéfectibles de Damas, a lieu dans une situation militaire plutôt favorable à Damas. Le pouvoir peut aussi se féliciter de la guerre intestine sanglante opposant dans certaines régions l’EIIL au Front al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda, ex-alliés dans le combat auprès de la rébellion syrienne.

 Luc MICHEL

________________________

 http://www.eode.org/

https://www.facebook.com/EODE.org

VARIE E NON AVARIATE DAL PALAZZO – MA BANCA ETRURIA, CHE HA APPENA PROMOSSO PIERLUIGI BOSCHI VICEPRESIDENTE (PADRE DI MARIA ELENA) AVRÀ PER QUESTO ATTENZIONI PIÙ COMPRENSIVE DALLA BANCA D’ITALIA?

Alfano, Vito Bonsignore e Lupi, alle prossime politiche, chiederanno a Renzi di fare un accordo elettorale – Ma è vero che Lupi dispensa favori anche a Berlusconi Paolo? – Ma è poi vero che Gemma, ex compagno universitario di Alfano e neo consigliere dell’Eni in quota NCD, e’ in affari legali con la moglie di Alfano?….

DAGOREPORT

1. La Commissione Affari Costituzionali del Senato adotterà mercoledì il testo base delle riforme costituzionali con i due terzi dei voti a favore. Qualche settimana fa i componenti della Commissione erano contrari al 90 per cento. Miracolo della flessibilità chiesta da Re Giorgio a Renzi Matteo nell’ultimo incontro al Colle.

2. Se Berlusconi Silvio arriva terzo alle elezioni europee, d’istinto proverà a far saltare tutto, riforme e anche legislatura. Non ci riuscirà se Grillo Beppe vorrà godersi l’emozione di tornare a Porta a porta, magari in prima serata, e quindi…non vi togliamo prima del tempo il piacere di annunciarvi cosa realmente succederà in caso di sorpasso, ipotesi che sta turbando parecchi sonni sui colli romani.

Per ora vi diciamo soltanto che l’Italicum diventerà immediatamente fuori moda, perché il bipartitismo spinto che esso garantisce non sarebbe più quello dei padri costituenti Renzi Matteo e Berlusconi Silvio ma quello di Renzi Matteo e di Grillo Beppe. Che, salvo sorprese, per ora non esiste in natura.

3. Ma vi possiamo anche dire che il Nuovo Centro destra di Alfano Angelino, Vito Bonsignore e Lupi Maurizio, alle prossime politiche, al momento opportuno e in nome dell’emergenza, chiederà a Renzi Matteo di fare un accordo elettorale per proporsi come la gamba centrista del Pd. D’altra parte Grillo non se li piglia, con Forza Italia in declino e sbandata non c’è più alcuna prospettiva, la strada di via del Nazareno sarebbe obbligata. Oggi, statene certi, negherebbero sdegnati.

4. La stessa via ovviamente prenderebbero subito i montiani pentiti come Romano Andrea e Lanzillotta Linda, moglie di Bassanini Franco, e i residuati bellici post dc tipo Tabacci Bruno (il quale conosce pure bene e da tempi non sospetti il renzissimo Guerini Lorenzo).

5. Ma Banca Etruria, che ha opportunamente e tempestivamente appena promosso Pierluigi Boschi vicepresidente (padre di Maria Elena, ministro delle Riforme e renzina che più stretta non si può) avrà per questo attenzioni più comprensive dalla Banca d’Italia che, in attesa di passare la mano alla Bce in fatto di vigilanza bancaria, sta facendo la voce grossa con tutte le banche popolari per fare bella figura con chi li rimpiazzerà?

6. Ma è vero che Lupi Maurizio dal suo importante ministero dispensa favori anche a Berlusconi Paolo?

7. Ma è poi vero che Gemma Andrea, ex compagno di ricerche universitarie di Alfano Angelino e neo consigliere di amministrazione dell’Eni in quota Alfano Angelino, e’ in affari legali con la moglie di Alfano Angelino, avvocata anch’essa?
http://www.dagospia.com/rubrica-3/politica/varie-non-avariate-palazzo-ma-banca-etruria-che-ha-appena-promosso-76636.htm