Elections news ISRAEL MUNICIPALES

 EODE / International Elections Monitoring / ISRAËL: ÉLECTIONS DES MAIRES ET CONSEILS MUNICIPAUX ‘DANS PARFUM DE CORRUPTION’

 LM & KH pour EODE Press Office /

avec AFP – Haaretz / 2013 10 23 /

http://www.facebook.com/EODE.monitoring

http://www.eode.org/category/eode-international-elections-monitoring/international-elections-survey/

https://www.facebook.com/EODE.africa

 « Selon un récent sondage, près des deux tiers (63%) des Israéliens pensent que leur mairie est corrompue »

– AFP

 Les Israéliens élisaient mardi leurs maires et leurs conseils municipaux, « sans enthousiasme » dit Libération (Paris), et « dans parfum de corruption » commente l’AFP … Un scrutin boudé par la population, « sans illusion sur des autorités locales jugées largement corrompues »…

 Le Likoud, parti du Premier ministre, soutenait 65 candidats à la mairie et 74 listes pour les conseils locaux. De son côté, Yair Lapid le ministre des Finances a déclaré ce lundi lors de la réunion de son parti à la Knesset: “J’appelle tous les citoyens à sortir de chez eux, à voter et influencer.” Son parti Yesh Atid (parti laïc centriste, ndlr) disposait de 28 candidats au conseil municipal et 16 à la mairie. Le parti a souligné que la moitié de ses candidats à la mairie étaient des femmes et que 35% de ses listes ont été dirigées par des femmes. Shelly Yachimovich, leader de l’opposition de gauche (parti travailliste, ndlr) a parlé quant à elle “d’un jour important dans la vie politique.”

 

I : LES ENJEUX DU SCRUTIN

 1.912 CANDIDATS AUX CONSEILS MUNICIPAUX

 Les bureaux de vote étaient ouverts dans les 191 municipalités du pays et dans les plus grandes colonies de Cisjordanie occupée. Un second tour aura lieu le 5 novembre dans celles où aucun candidat à la mairie n’aura franchi le seuil de 40% des voix.

 Le taux de participation aux élections municipales est traditionnellement faible en Israël. La dernière fois, en 2008, la participation s’était établie à 51,85%. Cette désaffection pourrait être encore renforcée par les multiples scandales de corruption au niveau municipal.

 A l’échelle nationale, la ‘sensation’ – dit l’AFP – pourrait venir du nombre de femmes de la minorité arabe à être élues conseillères municipales, passant de 6 en 2008 à 15, selon les projections d’un collectif d’organisations de femmes arabes. Sur 1.912 candidats au poste de conseiller municipal, 173 sont des femmes arabes, contre 149 aux dernières élections. Surtout, elles figurent cette année beaucoup plus haut dans les listes électorales.

 LA CORRUPTION AU CŒUR DE LA VIE POLITIQUE

 Alors que les révélations sulfureuses continuent dans le procès de l’ancien maire de Jérusalem Ehud Olmert, accusé de corruption dans un scandale politico-financier lié au méga-projet immobilier ‘Holyland’, plusieurs édiles mouillés dans des affaires de trafic d’influence ont été arrêtés cette année.

 Selon un sondage publié la semaine dernière dans le quotidien Haaretz, près des deux tiers(63%) des Israéliens pensent que leur municipalité est corrompue et seulement 57% des personnes interrogées ont exprimé l’intention de voter.

 BATAILLES SERREES DANS LES GRANDES VILLES (1) :

JERUSALEM, AVEC UN ENJEU NATIONAL

 Les élections municipales ne reflètent pas les tendances politiques au niveau national, le vote se faisant essentiellement sur des personnalités. Les maires sortants sont généralement réélus, comme cela avait été le cas pour deux tiers d’entre eux en 2008.

 Mais dans certaines villes, comme Jérusalem, où les tensions sont particulièrement fortes entre populations laïque et religieuse, la bataille pourrait être serrée. Le maire sortant Nir Barkat, un entrepreneur de 54 ans ayant fait fortune dans la haute technologie, soutenu par la population laïque et certains groupes religieux, est en tête dans les sondages.

Son concurrent le plus sérieux, Moshé Lion, candidat du parti Likoud et ancien directeur général du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu, est le candidat des religieux et de la droite nationaliste.

 Il bénéficie du soutien du parti ultraorthodoxe Shass (extrême-droite relieuse), du chef du parti ultra-nationaliste Israël Beiteinou, Avigdor Lieberman (extrême-droite), et de plusieurs ténors du gouvernement dont les ministres de l’Intérieur Gideon Saar et des Renseignements Youval Steinitz, M. Netanyahu s’étant abstenu d’exprimer une préférence.

 Selon les médias, même s’il est devancé de plusieurs points dans les sondages par Nir Barkat, Moshé Lion pourrait créer la surprise en raison du nombre important d’indécis, notamment dans l’importante population ultra-orthodoxe, dont le taux de participation aux scrutins municipaux est traditionnellement élevé.

 Bien que plus d’un tiers des habitants de Jérusalem soient palestiniens, ils boycottent largement les élections municipales afin de marquer leur refus de l’annexion par Israël de la partie orientale de la ville, occupée depuis 1967.

 A noter à Jérusalem un enjeu national. En effet, « La prise de Jérusalem (est) un enjeu national pour les ultraorthodoxes », explique Libération. « La communauté veut, en cas de victoire aujourd’hui à la municipale, peser sur l’exécutif dont elle est écartée depuis les dernières législatives ». Dans un vote où cet électorat suivra les consignes des rabbins ultra-orthodoxes : « A Mea Shearim, le plus ancien quartier juif ultraorthodoxe de Jérusalem hors de la vieille ville, tous les hommes portent ce genre d’ensembles foncés sur chemises blanches, agrémentés d’un couvre-chef variant d’une communauté à l’autre. A la question «pour qui votez-vous aux élections municipales ?» le jeune vendeur affirme qu’il ne donne sa voix «qu’à Dieu». Puis il ajoute : «Nous votons comme nos sages nous le disent … »

 BATAILLES SERREES DANS LES GRANDES VILLES (2) :

TEL-AVIV

 A Tel-Aviv, après 15 ans à la tête de la ville et un bilan favorable – visibilité internationale (notamment grâce à une forte culture gay locale), développement des institutions culturelles, succès économiques – Ron Huldaï, un ancien pilote de chasse membre du Parti travailliste, était pratiquement assuré de la victoire. Son concurrent le plus sérieux, le député Meretz (gauche) Nitzan Horowitz, engagé notamment sur la défense de l’environnement et les droits des homosexuels, était largement distancé dans les sondages.

 BATAILLES SERREES DANS LES GRANDES VILLES (3) :

NAZARETH, VILLE ARABE

 A Nazareth, la députée Hanine Zouabi (‘Balad’, gauche nationaliste arabe) est la seule femme à se présenter au poste de maire dans une ville arabe d’Israël, mais les sondages lui donnent peu de chances face au maire sortant. “Ma candidature à la mairie envoie un message important disant que les femmes palestiniennes entrent dans le champ de la politique locale et se placent sur la carte politique”, a-t-elle récemment déclaré à l’AFP à Nazareth.

 Mme Zouabi s’est illustrée en refusant de reconnaître Israël comme “Etat du peuple juif” et en participant à une flottille pro-palestinienne qui tentait de briser le blocus de la bande de Gaza en mai 2010. En décembre, la Commission électorale centrale lui avait interdit pour ces motifs de se présenter aux élections législatives de janvier 2013, une décision cassée par la Cour suprême.


 II : LES RESULTATS DU PREMIER TOUR

 Le ministère de l’Intérieur a annoncé un taux national de participation de 42,6 % un peu plus d’une heure avant la fermeture des urnes. A Jérusalem, le taux de participation final s’est établi à 40% et à 31% à Tel-Aviv.

 INTERROGATIONS SUR JERUSALEM

 A Jérusalem, la bataille était serrée, selon les médias, entre le maire sortant Nir Barkat, un entrepreneur ayant fait fortune dans la haute technologie, soutenu par la population laïque, et Moshé Lion, candidat du Likoud, le parti de M. Netanyahu et d’une grande partie du public religieux. La première chaîne de télévision israélienne Channel 1 annonçait deux heures après la fermeture des bulletins de vote une “course très serrée” entre les deux hommes sans s’avancer sur l’issue du scrutin. Même s’il était devancé dans les sondages par Nir Barkat, les médias avaient souligné que Moshé Lion pourrait créer la surprise en raison du nombre important d’électeurs indécis, notamment dans la population ultra-orthodoxe, dont le taux de participation aux scrutins municipaux est traditionnellement élevé.

 Sur 360.000 habitants palestiniens à Jérusalem, environ 160.000 d’entre eux sont des électeurs potentiels mais leur participation aux élections a toujours été faible.

 BOYCOTTAGE PALESTINIEN A JERUSALEM

 Bien que plus d’un tiers des habitants de Jérusalem soient palestiniens – Jérusalem-Est étant occupée et annexée depuis 1967, ils ont boycotté largement les municipales afin de marquer leur refus de l’annexion par Israël de la partie orientale de la ville, occupée depuis 1967. Lors de la dernière élection municipale en 2008, seuls 2.744 Arabes de Jérusalem-est ont voté, soit un taux de participation de 1,8%, contre 60% dans les quartiers juifs de la ville.

 L’OLP appellait au boycott des élections à Jérusalem. Pour l’organisation palestinienne, participer aux élections équivaut “à légitimer l’annexion de Jérusalem”. L’ OLP appellait les habitants palestiniens de Jérusalem-est à boycotter les élections municipales mardi et évoquait la possibilité de surveiller l’entrée des bureaux de vote pour s’assurer que sa consigne est respectée. “La municipalité de Jérusalem soutient les colonies à Jérusalem-est et se transforme en une ville juive”, est-il écrit dans un communiqué de l’OLP, qui précise que “la participation à ces élections sera considérée comme la normalisation avec l’autorité d’occupation israélienne, autrement dit “légitimer l’annexion de Jérusalem”. Les Israéliens “veulent créer une réalité dans laquelle les Palestiniens participent à l’occupation de leur pays”, a déclaré Hanan Ashrawi, membre du comité exécutif de l’OLP, interrogé par The Guardian.

 RELECTION DU MAIRE DE TEL-AVIV

 Ron Huldaï sera encore Maire pour 5 ans. Son Opposant a mordu la Poussière.

« Il faut l’entendre pour le réaliser. Le Maire de Tel Aviv Ron Huldaï qui vient d’écraser son adversaire Horowitz (un gay qui assume sa branchtude) est un bien mauvais speaker… et il ne fait strictement rien pour s’améliorer. Ses costumes sont toujours mal ajustés. Sa dégaine est unique (souvent il se ballade en short à la mode du kibboutz dans “sa” ville. Et pourtant c’est lui que les habitants de Tel Aviv auront comme maire pour les cinq prochaines années. Son principal capital : il est honnête », commente l’AFP-Jérusalem. « Dans un pays où les maires tombent les uns après les autres pour actes de corruption il fait figure d’exception ». Selon le JPost dans la nuit : le Maire Ron Huldai a gagné avec 53.07% des voix face à son rival Nitzan Horowitz (Meretz) qui a obtenu 38.2% des votes.

 EODE Press Office

__________________________

 Photo: Des Juifs ultra-orthodoxes en campagne pour le parti ‘Bnei Torah’ à la veille des élections municipales en Israël, le 21 octobre 2013 à Jérusalem (AFP) ;

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu vote aux élections municipales, le 22 octobre 2013 à Jérusalem ( AFP) ;

La députée Hanine Zouabi de la gauche nationaliste arabe, le 14 janvier 2013 à Haïfa lors d’un meeting électoral ( AFP).

 

Elections news ISRAEL MUNICIPALESultima modifica: 2013-10-24T20:13:00+02:00da davi-luciano
Reposta per primo quest’articolo

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non verrà pubblicato ma sarà visibile all'autore del blog.
I campi obbligatori sono contrassegnati *